Philibert de Pisan AEC copier01

Deuxième festivité : "On publia un ouvrage sur les aspects positifs de l'optimisme sur la santé, d'où il ressortait que les esclaves survivaient plus longtemps que la moyenne. Le monde et la pensée avaient tant été mis à l'envers que personne ou presque ne sembla s'apercevoir que c'était d'être en bonne santé qui pouvait rendre optimiste ; il n'y eut pas même un cancéreux pour en faire la remarque. Aucun « mal fichu », d'ailleurs, ne trouva nécessaire ne fût-ce que de s'indigner que de la sorte on le traitât d'asocial ou de délinquant, voire de « terroriste »."

Optimisme_facebookPhilibert de Pisan, oct. 2013