CAMARADES

Une élection approche qui verra, si elle a lieu et quelle que soit le cas échéant la nouvelle présidence, la reconduction d'une politique exercée depuis des dizaines d'années en faveur des capitalistes et de leur Empire-marchand destructeur et sans avenir. Partout là où règnent la marchandise et la religion de l'argent, ne peuvent continuer corollairement de régner que la misère pour le plus grand nombre et la dévastation de notre décor naturel - l'Histoire l'a d'ores et déjà suffisamment montré.

Depuis près de 50 ans maintenant, qui plus est, nous assistons à l'agonie de l'appareil capitaliste. Cette agonie est sans retour et ne trouve plus guère pour se justifier et durer que cette violence toujours plus grande qu'elle exerce contre nous, et ce jusqu'à n'avoir plus rien à nous proposer de désirable que la disparition-de-notre-humanité, qu'elle nomme transhumanisme, et dont la police est un avant-goût cuisant.

En tant qu'elle n'est qu'un dispositif parmi d'autres qui concourt à nous maintenir dans la soumission au capital et à son agonie post-humaine, l'élection n'est de notre liberté que cette antithèse qui ne peut que contribuer à nous conduire au désastre. C'est pourquoi il s'agit dès à présent d'en empêcher la tenue, c'est pourquoi il s'agira si toutefois elle devait avoir lieu de n'en tenir aucun compte, c'est pourquoi, en bref, nous appelons chacune et chacun à s'organiser au plus tôt afin qu'advienne dans les meilleurs conditions possibles ce qui s'avère de toutes façons inévitable : LA

REVOLUTION