Amour, émeute et cuisine

Quelques pensées sur la civilisation, considérée dans ses aspects politiques, philosophiques, et culinaires, entre autres. Il y sera donc question de capitalisme, d'Empire, de révolte, et d'antiterrorisme, mais aussi autant que faire se peut de cuisine.

24 décembre 2019

Gardée à vue

Gardée à vue

un film d'animation de Emilie Rolquin (2019)

Posté par isabeaudeloere à 08:46 - Films - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

22 décembre 2019

La réforme des retraites de Noël

La réforme des retraites de Noël

épisode 46 de "La France en marche"

du Studio Crapulax

Posté par Leolonico à 12:22 - Films - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 décembre 2019

Chant de révolte

Chant de Révolte - ou La Révolte

de Sébastien Faure (1886), interprétée ici par Fanchon Daemers

Paroles : Couplet 1 : Nous sommes les persécutés / De tous les temps et de toutes les races / Toujours nous fumes exploités / Par les tyrans et les rapaces / Mais nous ne voulons plus fléchir / Sous le joug qui courba nos pères / Car nous voulons nous affranchir / De ceux qui causent nos misères

Refrain : Église, Parlement, / Capitalisme, État, Magistrature / Patrons et Gouvernants, / Libérons-nous de cette pourriture / Pressant est notre appel, / Donnons l'assaut au monde autoritaire / Et d'un cœur fraternel / Nous réaliserons l'idéal libertaire

Couplet 2 : Ouvrier ou bien paysan / Travailleur de la terre ou de l'usine / Nous sommes dès nos jeunes ans / Réduits aux labeurs qui nous minent / D'un bout du monde à l'autre bout / C'est nous qui créons l'abondance / C'est nous tous qui produisons tout / Et nous vivons dans l'indigence

Refrain

Couplet 3 : L'État nous écrase d'impôts / Il faut payer ses juges, sa flicaille / Et si nous protestons trop haut / Au nom de l'ordre on nous mitraille / Les maîtres ont changé cent fois / C'est le jeu de la politique / Quels que soient ceux qui font les lois / C'est bien toujours la même clique

Refrain

Couplet 4 : L'engrenage encor va nous tordre : / Le capital est triomphant ; / La mitrailleuse fait de l'ordre / En hachant la femme et l'enfant. / L'Usure folle en ses colères / Sur nos cadavres calcinés / Soude à la grève des Salaires / La grève des assassinés.

Refrain

Couplet 5 : Pour défendre les intérêts / Des flibustiers de la grande industrie / On nous ordonne d'être prêts / À mourir pour notre patrie / Nous ne possédons rien de rien / Nous avons horreur de la guerre / Voleurs, défendez votre bien / Ce n'est pas à nous de le faire

Refrain

Reprise en 1996 par René Binamé

Posté par isabeaudeloere à 17:24 - Chants - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Cuisine ripaille et soûlographie en littérature

Le vin allemand se distingue du vinaigre grâce à l'étiquette.

Mark Twain

Corne d'abondance02

Par jupiter, j'estime fortement les festins exquis dans les chambres bien closes. J'ai manqué ma vocation, j'étais né pour être sensuel. Le plus grand des sages est Philoxénès qui souhaita d'avoir un cou de grue pour goûter plus longuement les plaisirs de la table.

L'homme qui rit, Victor Hugo (1869)

Corne d'abondance02

Pour fêter l'événement, le roi, malgré son humilité, offre aux frères un bon repas dans le réfectoire qu'il partage avec eux. Au menu, des cerises et du pain très blanc, et les Français, selon leur coutume, arrosent abondamment le repas de vin et forcent les frères réticents à boire avec eux. Puis, ce sont des fèves fraîches cuites dans du lait, des poissons et des écrevisses, des pâtés d'anguille, du riz avec du lait d'amande et de la poudre de cinnamone, des anguilles rôties avec un excellent assaisonnement, des tourtes, des fromages et des fruits en abondance. Et tout cela servi avec courtoisie et empressement. Ils ont fait maigre, mais ce fut bombance. Le repas a été, malgré tout, royal.

Saint-Louis, Jacques Le Goff (1996)
d'après une chronique en latin de Salimbene de Parme, franciscain italien (1221-1288)

Corne d'abondance02

Autant que l'amour, en effet, la Cuisine demande un linge princier. Elle se harnache de dentelles. Trousseau de madone ou d'archiduchesse, la parure qui l'accompagne ne doit pas être inférieure à l'intrinsèque de sa beauté.

Laurent Tailhade*

[...]

 Il est des mets succulents qu'une mode irraisonnée délaisse et qu'une propagande justifiée va tirer de l'oubli.

Edouard Nignon*

*L'heptamérone des gourmets, ou les délices de la cuisine française, (1919)

Corne d'abondance02

Je mis fin à son laïus et lui dis que ce soir mon maître voulait lire certains livres dans sa cellule et désirait aussi y prendre son repas.
"M'en occupe, dit-il, j'y fais l'angelot en palette.
- Comment c'est ?
- Facilis. Tu prends de l'angelot pas trop vieux, ni trop salé et coupé en tranches minces, en bouchées carrées ou sicut te plaît. Et postea tu mettras un doigt de beurre ou de saindoux frais à réchauffer sobre la braisia. Et dedans vamos à déposer deux tranches d'angelot, et comme il te semble tendre, sucrum et cannelle supra positurum du bis. Et sers tout de suite in tabula, car il faut le manger todo chaud.
- Va pour l'angelot en palette", lui dis-je. Et il disparut vers les cuisines, en me disant de l'attendre. Il revint une demi-heure après, avec un plat recouvert d'un linge. L'odeur était bonne.

[...]

Le repas pour la légation fut superbe. L'Abbé devait fort bien connaître et les faiblesses des hommes et les usages de la cour papale (qui n'eurent rien pour déplaire, je dois le dire, aux minorites de fra Michel non plus). Avec des cochons fraîchement égorgés, il devait y avoir du boudin à la mode de Cassin, nous dit le cuisinier. Mais la malheureuse fin de Venantius les avait obligés à jeter tout le sang des cochons, et il n'y en aurait plus jusqu'à ce qu'ils en égorgent d'autres. Nous eûmes tout de même des pigeonneaux en salmis, macérés dans du vin de ce terroir, et du lapin rôti comme des cochons de lait, des miches de sainte Claire, du riz aux amandes de ces monts, autrement dit le blanc-manger des vigiles, des croûtons à la bourrache, des olives fourrées, du fromage frit, de la viande de mouton, des fèves blanches, et des douceurs exquises, gâteau de saint Bernard, friands de saint Nicolas, quatre-yeux de sainte Lucie, et des vins, et des liqueurs d'herbes qui mirent de bonne humeur même Bernard Gui, si austère d'habitude : liqueur de citronnelle, brou de noix, vin contre la goutte et vin de gentiane. On aurait dit d'une réunion de gloutons, si chaque gorgée ou chaque bouchée n'avait été accompagnée par de dévotes lectures.

Le Nom de la roseUmberto Eco (1980)

Corne d'abondance02

Concepteur nutritionnel

Corne d'abondance02

Et depuis la veille, Françoise, heureuse de s'adonner à cet art de la cuisine pour lequel elle avait certainement un don, stimulée, d'ailleurs, par l'annonce d'un convive nouveau, et sachant qu'elle aurait à composer, selon des méthodes sues d'elle seule, du bœuf à la gelée, vivait dans l'effervescence de la création ; comme elle attachait une importance extrême à la qualité intrinsèque des matériaux qui devaient entrer dans la fabrication de son œuvre, elle allait elle-même aux Halles se faire donner les plus beaux carrés de romsteck, de jarret de bœuf, de pied de veau, comme Michel-Ange passant huit mois dans les montagnes de Carrare à choisir les blocs de marbre les plus parfaits pour le monument de Jules II.

[...]

Je restais maintenant volontiers à table pendant qu'on desservait, et si ce n'était pas un moment où les jeunes filles de la petite bande pouvaient passer, ce n'était plus uniquement du côté de la mer que je regardais. Depuis que j'en avais vu dans les aquarelles d'Elstir, je cherchais à retrouver dans la réalité, j'aimais comme quelque chose de poétique, le geste interrompu des couteaux encore de travers, la rondeur bombée d'une serviette défaite où le soleil intercale un morceau de velours jaune, le verre à demi vidé qui montre mieux ainsi le noble évasement de ses formes et au fond de son vitrage translucide et pareil à une condensation du jour, un reste de vin sombre mais scintillant de lumières, le déplacement des volumes, la transmutation des liquides par l'éclairage, l'altération des prunes qui passent du vert au bleu et du bleu à l'or dans le compotier déjà à demi dépouillé, la promenade des chaises vieillottes qui deux fois par jour viennent s'installer autour de la nappe, dressée sur la table ainsi que sur un autel où sont célébrées les fêtes de la gourmandise et sur laquelle au fond des huîtres quelques gouttes d'eau lustrale restent comme dans de petits bénitiers de pierre ; j'essayais de trouver la beauté là où je ne m'étais jamais figuré qu'elle fût, dans les choses les plus usuelles, dans la vie profonde des "natures mortes".

A l'ombre des jeunes filles en fleurs, Marcel Proust (1918)

Corne d'abondance02

 Le temps de cuisson est une des durée les plus circonstanciées, une durée finement sensibilisée. La cuisson est ainsi un grand devenir matériel, un devenir qui va de la pâleur à la dorure, de la pâte à la croute. Elle a un commencement et une fin comme un geste humain.

[...]

L'imagination culinaire se forme précisément par l'intérêt pour le problème de la consistance en liant les sauces, en mêlant la farine, le beurre et le sucre. C'est à la cuisine que se réalise la fusion du matérialisme copieux et du matérialisme délicat.

[...]

Ecarter l'enfant de la cuisine, c'est le condamner à un exil qui l'éloigne de rêves qu'il ne connaîtra jamais. Les valeurs oniriques des aliments s'activent en en suivant la préparation.

[...]

La miche toute ronde sous l'action du levain se tend comme un ventre. Parfois la fermentation travaille ce ventre comme un borborygme ; une bulle vient crever à l'extérieur.

La Terre et les rêveries de la volontéGaston Bachelard (1947)

Corne d'abondance02

On devient cuisinier, mais on naît rôtisseur.

Brillat-Savarin

Corne d'abondance02

[...] on trouverait deux manières de boire le vin, en lisant le vers d'André Frénaud dialectiquement, en animant les deux couleurs. "Le rouge des gros vins bleus." Car où est la substance : dans le rouge qui désigne ou  dans les intimités sombres ?

La terre et les rêveries du repos, Gaston Bachelard (1948)

Corne d'abondance02

Au tout début, l’artichaut semble fade. C‘est en le savourant que l’on découvre progressivement un parfum pur, délicieux et doux qui émerge de la platitude. Les Bretons vivant dans ce territoire calme, paisible et éloigné des vicissitudes, aiment à rechercher la saveur. Peut-être est-ce cette attitude face à la vie qui leur permet d’apprécier le délice subtil de l’artichaut et d’en faire leur aliment préféré.

Voyage d’un peintre chinois en Bretagne, HE Yifu (2002)

Corne d'abondance02

La science qui nourrit ne vaut-elle pas mieux que la science qui tue ?

Antonin Carême

Corne d'abondance02

Posté par Leolonico à 10:23 - Cuisine - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

04 décembre 2019

Sortez couverts !

Sortez couverts 2 net1

Sortez couverts !

Posté par isabeaudeloere à 09:41 - Affiches - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
 
Anti-Terrorisme
Manifestations Monde en lutte Nos positions Soutien Tags cuisine TEFMORB Chants révolutionnaires Liens
« décembre 2019 »
dimlunmarmerjeuvensam
1 2 3 45 6 7
8 9 10 11 12 13 14
1516 17 18 19 20 21
2223 2425 26 27 28
29 30 31     
Flux RSS des messages
Flux RSS des commentaires