Amour, émeute et cuisine

Quelques pensées sur la civilisation, considérée dans ses aspects politiques, philosophiques, et culinaires, entre autres. Il y sera donc question de capitalisme, d'Empire, de révolte, et d'antiterrorisme, mais aussi autant que faire se peut de cuisine.

12 avril 2012

De l'insecurite publique

DE L'INSÉCURITÉ PUBLIQUE

ET DE QUELQUES MOYEN D'Y REMÉDIER

Un film de Paul Castella

"Face à ces situations, si l'on pense que la guerre est une bonne réponse et qu'il faut augmenter la répression, au risque de susciter des réponses encore plus violentes, il est alors logique d'élire des gens de droite ou d'extrême-droite, dont c'est le rôle politique de défendre l'ordre à tout prix. Avec le fascisme au pouvoir, c'est la violence qui devient l'institution centrale, en balayant la démocratie. Il n'y a plus de sentiment d'insécurité, parce que les individus, privés de leurs droits de citoyens, sont désormais dans l'insécurité totale face à l'État. C'est la terreur qui devient souveraine. La droite classique, en principe, exprime quant à elle le point de vue d'une minorité de possédants pour qui la sécurité provient du travail des autres et l'insécurité des risques que ceux-ci se révoltent..."

Posté par Leolonico à 15:44 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

Calendrier écœuré an 103 - 28 juil 2012 au 27 juil 2013

Couverture calendrier écoeuré an 103Cliquez sur l'image pour voir le calendrier en PDF

Posté par Leolonico à 15:43 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Calendrier écœuré de l'an 102 - 28 juil. 2011 au 27 juil. 2012


Couverture calendrier écoeuré an 102 01 copierCliquez sur l'image pour voir le calendier en PDF

Posté par Leolonico à 15:40 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

16 mars 2012

Dans le patio universitaire des lieux communs (le film)

Dans le patio universitaire des lieux communs from Léolo on Vimeo.

Traduction anglaise par Jordan, NYC, USA, ICI.

Translate in english by Jordan, NYC, USA, HERE.

Posté par Leolonico à 15:39 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

13 mars 2012

Affiche du film "Dans le patio universitaire des lieux communs"

Affiche 04retouch

Posté par Leolonico à 15:37 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

24 octobre 2011

"l'écoeurement" n°02, la revue du désoeuvrement actif

 Couv revue l'écoeurementn°2 copiernet

Vous trouverez le second numéro de la revue "l'écoeurement" en PDF

ICI

Posté par Leolonico à 15:35 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

19 décembre 2010

"l'écoeurement" n°01, la revue du désoeuvrement actif

Couv revue l'écoeurement copiernet

ICI

en pdf

L'objet et les perspectives de "l'écoeurement" sont, comme le laisse à l'évidence deviner sa lecture, de prendre part à la guerre civile en cours, politiquement, métaphysiquement, mais aussi pratiquement et si possible avec humour. Il ne s'agit pas d'y trouver seulement des articles de fond, même si cela veut constituer la majeure partie de la revue, car il est apparu important à ses auteurs de proposer en sus un certain nombre de conseils pratiques, afin d'agrandir l'autonomie de chacun d'entre nous. Ainsi trouvera-t-on une recette sur les deux dernières pages de ce numéro. On peut contacter la rédaction de "l'écoeurement" à cette adresse : revuecoeurement@gmail.com

N'hésitez pas à y faire parvenir infos, articles, graphiques et conseils pratiques, à condition bien entendu que ce soit en relation avec le contenu.

Quelques écoeurés

Posté par Leolonico à 15:34 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

15 octobre 2010

Retraites, tract octobre 2010

2010__tract_retraitesblog

En PDF à imprimer ici

La retraite on s'en fout on veut plus bosser du tout !

Plus question pour nous de battre inlassablement en retraite ! Il s'agit bien au contraire une bonne fois pour toutes à nos yeux de n'employer la retraite qu'avec parcimonie, en cas d'extrême nécessité, et seulement à des fins tactiques et stratégiques. Nous n'avons pas plus à nous retirer d'une vie dont l'organisation actuelle du travail et des loisirs nous a d'ores et déjà si pleinement séparé, que du champ de bataille où nous commençons tout juste à renouer avec elle. Aucune réforme ne nous rendra à la poésie dont nous sommes faits ; seule une insurrection au cours de laquelle nous abolirons le travail salarié* l'argent le patronat la police et l’État, entre autres, nous offrira d'entrer à nouveau dans le jeu merveilleux du vivant ! La réalité d'un monde où l'on ne rêve plus guère que du moment de s'en retirer fait par là aussitôt l'aveu de sa propre nullité – c'est une réalité de morts-vivants, un néant consommable qu'il nous faut nécessairement anéantir, sans autre forme de procès. Aussi sûrement que l'urne où l'on dépose son bulletin de vote n'est que l'endroit où l'on enterre les cendres du politique, la retraite salariale n'est que le moment où l'on dépose misérable les cendres d'une misérable existence chômée ou salariée. Peu nous chaut de nous retirer à 60 ou 70 ans d'une vie qui n'était déjà pas là, et qu'aucune vieillesse même oisive ne nous rendra jamais. Cessons morbleu de perdre nos vies à les gagner :

! ABOLISSONS LE TRAVAIL !

! MORT AU PATRONAT ET A L'ETAT !

VIVE LA COMMUNE

* Abolir le travail salarié reste à ce jour le meilleur moyen d'en finir avec le chômage, et aussi bien avec la question des retraites.

Posté par Leolonico à 15:33 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 mai 2010

Dans le patio universitaire des lieux communs

Voici un petit essai écrit à l'issue de la grève universitaire de l'année scolaire 2008-2009 :

PDF ici

Ce texte peut-être librement reproduit, partiellement ou en totalité, même sans indication d'origine. La lutte contre la propriété privée, intellectuelle ou autre, est l'une de nos principales forces de frappe contre la domination impériale présente.

Traduction en anglais, par Jordan, NYC, USA, ICI.

Translate in english by Jordan, NYC, USA, HERE.

Posté par Leolonico à 15:31 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 décembre 2009

Pourquoi nous cessons de respecter les contrôles judiciaires

L'arrestation de Christophe, le 27 novembre, marque un palier dans la bouffée délirante d'Etat que l'on nomme pudiquement "affaire de Tarnac". Sa mise en examen situe le point où une procédure ne se poursuit qu'afin de se sauver elle-même, où l'on inculpe une personne de plus dans le seul espoir de maintenir le reste des inculpations.

En fait de "premier cercle", Christophe appartient surtout au petit nombre de ceux avec qui nous discutons de notre défense. Le contrôle judiciaire qui voudrait, pour l'avenir, lui interdire de nous voir est l'aberration de trop ; c'est une mesure consciente de désorganisation de la défense, aussi. A ce point de torsion de toutes les notions du droit, qui pourrait encore exiger de nous que nous respections ces contrôles judiciaires et cette procédure démente ? A l'absurde nul n'est tenu. Il n'y a pas besoin de se croire au-dessus de la justice pour constater qu'elle est en dessous de tout. Au reste, une société qui se maintient par des moyens si évidemment criminels n'a de procès à intenter à personne.
La liberté sous contrôle judiciaire est le nom d'une sorte d'expérience mystique que chacun peut se figurer. Imaginez que vous ayez le droit de voir qui vous voulez, sauf ceux que vous aimez, que vous puissiez habiter n'importe où, sauf chez vous, que vous puissiez parler librement, au téléphone ou devant des inconnus, mais que tout ce que vous dites puisse être, un jour ou l'autre, retenu contre vous. Imaginez que vous puissiez faire tout ce que vous voulez, sauf ce qui vous tient à coeur. Un couteau sans manche auquel on a retiré la lame ressemble davantage à un couteau que la liberté sous contrôle judiciaire ne ressemble à la liberté.
Vous flânez sur un boulevard avec trois amis ; sous la plume des flics qui vous filochent, cela se dit : "Les quatre objectifs se déplacent en direction de..." Vous retrouvez après des mois de séparation un être qui vous est cher ; dans le jargon judiciaire, cela devient une "concertation frauduleuse". Vous ne renoncez pas, même dans l'adversité, à ce que toute amitié suppose de fidélité ; c'est évidemment une "association de malfaiteurs".
La police et sa justice n'ont pas leur pareil pour travestir ce qui tombe sous leur regard. Peut-être ne sont-elles finalement que cette entreprise de rendre monstrueux ce qui, aimable ou détestable, se comprend sans peine.
S'il suffit de ne se reconnaître dans aucune des organisations politiques existantes pour être "autonome", alors il faut bien admettre que nous sommes une majorité d'autonomes dans ce pays. S'il suffit de regarder les directions syndicales comme des traîtres avérés à la classe ouvrière pour être d'"ultragauche", alors la base de la CGT est présentement composée d'une série de dangereux noyaux d'ultragauchistes.
Nous désertons. Nous ne pointerons plus et nous comptons bien nous retrouver, comme nous l'avons fait, déjà, pour écrire ce texte. Nous ne chercherons pas à nous cacher. Simplement, nous désertons le juge Fragnoli et les cent petites rumeurs, les mille aigreurs misérables qu'il répand sur notre compte devant tel ou tel journaliste. Nous désertons la sorte de guerre privée dans laquelle la sous-direction antiterroriste voudrait nous engager à force de nous coller aux basques, de "sonoriser" nos appartements, d'épier nos conversations, de fouiller nos poubelles, de retranscrire tout ce que nous avons pu dire à notre famille durant nos parloirs en prison.
S'ils sont fascinés par nous, nous ne sommes pas fascinés par eux - eux que nos enfants appellent désormais, non sans humour, les "voleurs de brosses à dents" parce que, à chaque fois qu'ils déboulent avec leurs 9 mm, ils raflent au passage toutes les brosses à dents pour leurs précieuses expertises ADN. Ils ont besoin de nous pour justifier leur existence et leurs crédits, nous pas. Ils doivent nous constituer, par toutes sortes de surveillances et d'actes de procédure, en groupuscule paranoïaque, nous, nous aspirons à nous dissoudre dans un mouvement de masse, qui, parmi tant d'autres choses, les dissoudra, eux.
Mais ce que nous désertons d'abord, c'est le rôle d'ennemi public, c'est-à-dire, au fond, de victime, que l'on a voulu nous faire jouer. Et, si nous le désertons, c'est pour pouvoir reprendre la lutte. "Il faut substituer au sentiment du gibier traqué l'allant du combattant", disait, dans des circonstances somme toute assez semblables, Georges Guingouin (Résistant communiste).
Partout dans la machine sociale, cela explose à bas bruit, et parfois à si bas bruit que cela prend la forme d'un suicide. Il n'y a pas un secteur de cette machine qui ait été épargné dans les années passées par ce genre d'explosion : agriculture, énergie, transports, école, communications, recherche, université, hôpitaux, psychiatrie. Et chacun de ces craquements ne donne, hélas, rien, sinon un surplus de dépression ou de cynisme vital - choses qui se valent bien, en fin de compte.
Comme le plus grand nombre aujourd'hui, nous sommes déchirés par le paradoxe de la situation : d'un côté, nous ne pouvons pas continuer à vivre comme cela, ni laisser le monde courir à sa perte entre les mains d'une oligarchie d'imbéciles, de l'autre, toute forme de perspective plus désirable que le désastre présent, toute idée de chemin praticable pour échapper à ce désastre se sont dérobées. Et nul ne se révolte sans perspective d'une vie meilleure, hormis quelques âmes sympathiquement désespérées.
L'époque ne manque pas de richesse, c'est plutôt la longueur du souffle qui lui fait défaut. Il nous faut le temps, il nous faut la durée - des menées au long cours. Un des effets principaux de ce qu'on appelle répression, comme du travail salarié d'ailleurs, c'est de nous ôter le temps. Pas seulement en nous ôtant matériellement du temps - le temps passé en prison, le temps passé à chercher à faire sortir ceux qui y sont -, mais aussi et d'abord en imposant sa propre cadence. L'existence de ceux qui font face à la répression, pour eux-mêmes comme pour leur entourage, est perpétuellement obnubilée par des événements immédiats. Tout la ramène au temps court, et à l'actualité. Toute durée se morcelle. Les contrôles judiciaires sont de cette nature, les contrôles judiciaires ont ce genre d'effets. Cela va bien ainsi.
Ce qui nous est arrivé n'était pas centralement destiné à nous neutraliser nous, en tant que groupe, mais bien à impressionner le plus grand nombre ; notamment ceux, nombreux, qui ne parviennent plus à dissimuler tout le mal qu'ils pensent du monde tel qu'il va. On ne nous a pas neutralisés. Mieux, on n'a rien neutralisé du tout en nous utilisant de la sorte.
Et rien ne doit plus nous empêcher de reprendre, et plus largement sans doute, qu'auparavant, notre tâche : réélaborer une perspective capable de nous arracher à l'état d'impuissance collective qui nous frappe tous. Non pas exactement une perspective politique, non pas un programme, mais la possibilité technique, matérielle, d'un chemin praticable vers d'autres rapports au monde, vers d'autres rapports sociaux ; et ce en partant des contraintes existantes, de l'organisation effective de cette société, de ses subjectivités comme de ses infrastructures.
Car c'est seulement à partir d'une connaissance fine des obstacles au bouleversement que nous parviendrons à désencombrer l'horizon. Voilà bien une tâche de longue haleine, et qu'il n'y a pas de sens à mener seuls. Ceci est une invitation.

Aria, Benjamin, Bertrand, Christophe, Elsa, Gabrielle, Julien, Manon, Mathieu et Yildune sont les dix personnes mises en examen dans l'affaire dite "de Tarnac".

Posté par Leolonico à 15:29 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
 
Anti-Terrorisme
Manifestations Monde en lutte Nos positions Soutien Tags cuisine TEFMORB Chants révolutionnaires Liens
« juillet 2017 
dimlunmarmerjeuvensam
      1
2 345 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 1718 19 20 21 22
23 24 25 2627 28 29
30 31      
Flux RSS des messages
Flux RSS des commentaires