Amour, émeute et cuisine

Quelques pensées sur la civilisation, considérée dans ses aspects politiques, philosophiques, et culinaires, entre autres. Il y sera donc question de capitalisme, d'Empire, de révolte, et d'antiterrorisme, mais aussi autant que faire se peut de cuisine.

03 juin 2014

De la haute absurdité du concept de "croissance" expliquée par un grain de riz !

  Que sert donc à l'homme de gagner le monde entier, s'il se perd ou se ruine lui même ?

Luc, Le nouveau testament, l'évangile selon Saint Luc

  On ne cesse de nous expliquer, dans les médias et les lieux d'aisances dominants de la scène politique, combien le retour de la « croissance économique » uniquement serait susceptible de nous sortir de la « crise économico-sociale » où nous sommes plongés, en occident au moins. Or la « croissance » n'est que l'une des nombreuses mystifications du capitalisme, l'un de ses fétiches usants, l'une de ses marchandises conceptuelles qui vise à garantir notre aliénation au pseudo-progrès humain plus encore qu'elle ne cherche en-soi à se faire aimer ; le crédit qu'on lui porte ne lui est plus lui-même accordé qu'à crédit.
  La « croissance » se présente à la fois virtuellement en tant qu'infini possible d'un monde infini, concrètement en tant que création exponentielle de richesses « matérielles » et d'emplois salariés(1), et religieusement en tant que ciel thaumaturgique et eschatologique des lendemains qui chantent. Elle ne nous est pas donnée à proprement parler comme fin dernière de notre existence ici-bas, mais comme l'alpha et l'oméga ontologique de l'ordre naturel des « choses » dont la fin dernière serait l'avoir. Autrement dit la « croissance » affirme ceci que l'être n'est que dans l'avoir, et c'est là sa contradiction interne la plus essentielle. L'être, en effet, ne peut guère s'envisager dans l'avoir, sinon en tant qu'être-manquant, inlassablement frustré et toujours « contraint » par là d'augmenter son avoir : « travailler plus pour gagner plus ! », en quelque sorte, et consentir au néant tous les jours davantage. Car l'avoir ne peut pas répondre de l'être, sinon comme éternel retour de son insatisfaction qui appelle la « croissance ». Pour le dire simplement, chaque nouvelle marchandise achetée n'est qu'un aveu de l'insatisfaction provoquée par la précédente, illusoirement résolue par la « croissance » ; la publicité en témoigne, qui doit toujours pour convaincre « laver plus blanc que blanc », ou promettre « la femme » à qui se payera « la voiture » : la « croissance économique » n'est donc toujours bientôt rien plus que celle de l'insatisfaction, où l'être-en-soi se manque à soi-même en se reléguant et s'atomisant aussi bien religieusement dans des marchandises.
  La « croissance » a donc tout d'une mystification, qui ne se distingue des autres religions que par l'apparence utilitaro-matérialiste qu'elle se donne, alors même qu'elle ne peut opérer et subsister autrement qu'en consacrant à l'infini la dépossession, parce que cette dépossession seule garantit le « désir d'avoir », et de telle sorte qu'il lui faut nécessairement substituer au réel-monde qualitatif des êtres une réalité quantitative-monde des « choses ».
  L'auxiliaire de l'être, aujourd'hui, est devenu l'avoir ; d'où il appert que tout ce qui a été n'est plus, et n'a plus pour objet que l'été touristique du loisir sans qualité d'avoir quantité de « choses ». Et la « volonté de croissance », en tant que « prolongement » de la mystique économico-capitaliste, est ce qui entretient ce pouvoir de « l'avoir » sur « l'être » et justifie par là même toutes les dominations ; non seulement idéologiquement, mais aussi pratiquement, dans l'emploi des moyens répressifs et coercitifs qu'offre objectivement « l'avoir-beaucoup » contre « l'avoir-peu ». En d'autres termes, la « volonté de croissance » est une « Jérusalem céleste » de la négation du vivant comme « puissance d'être », et cette inepte négation ne peut être à son tour niée que par l'heureux limon de la « communauté de l'être »(2), dont la plèbe est comme la racine.
Qu'une telle plèbe soit présentement partout est ce qui menace plus que jamais la domination, et ce d'autant mieux que les contradictions internes du capitalisme ont maintenant atteint ce point de non retour où ce dernier ne se reproduit plus que comme contradictions ; la « croissance » étant parmi les plus aiguës d'entre elles.

  Mais cette domination et l'ensemble de nos détracteurs capitalistes n'admettant qu'assez rarement de disputailler sur un plan ontologique du concept de « croissance » - comme du reste ils n'admettent de discuter ontologiquement sur rien(3) -, il nous semble bon de cesser ici de le traiter nous-mêmes sous cet angle et, pour une fois, de continuer sur un terrain de prime abord plus hostile à notre « écœurement poétique » : l'économie. Cette attaque en territoire censément ennemi nous apparaît d'autant plus fondée qu'elle ne réclamera pas le moindre effort de notre part, et qu'un simple grain de riz sur un tel terrain suffira presque tout à fait à démontrer l'absurdité de la « volonté de croissance ».

Grain de riz 01 copier


  Bref, contentons-nous à présent de considérer deux nations : F et Z. Admettons, pour plus de clarté, que chacune d'elles soit habitée par 10 personnes, et qu'en l'an 01 de notre démonstration la première possède 1 grain de riz pour toute richesse quand la seconde en possède 100.

  Si, à la fin de l'an 02, F a fait passer sa propre richesse de 1 à 2 grains de riz, alors F a connu une énorme croissance de 100% [soit 2 (richesse de l'an 02) - 1 (richesse de l'an 01) x 100 ÷ 1 (richesse de l'an 01) = 100], sans avoir pour cela aboli la misère de ses 10 habitants.
  Si, en cette même fin de l'an 02, Z a fait passer sa propre richesse de 100 à 101 grains de riz, alors Z a connu une faible croissance de 1% [soit 101 (richesse de l'an 02) - 100 (richesse de l'an 01) x 100 ÷ 100 (richesse de l'an 01) = 1], mais n'en reste pas moins incroyablement plus pourvu en nourriture pour ses habitants.

  Ce seul exemple montre déjà deux choses : 1 – le taux de croissance n'est pas recevable en tant qu'indicateur de la richesse réelle d'une nation. 2 – plus un pays s'avère misérable, plus il a de chance de se voir affublé d'une forte croissance.

Grain de riz 01 copier

Mais continuons :

  Si, à la fin de l'an 03, F est passée de 2 à 3 grains de riz, alors F a encore connu une croissance importante de 50%, puis de 33,33% si elle passe de 3 à 4 grains de riz à la fin de l'an 04, de 25% si elle arrive à 5 grains de riz à la fin de l'an 05, et ainsi de suite jusqu'à ce qu'ayant 101 grains en l'an 101 elle n'ai plus qu'une croissance de 1%. De la même façon, en augmentant sa production d'un grain de riz par an jusqu'en l'an 101, la nation Z n'aura connu en cette fin d'année qu'une croissance de 0,5%, puisqu'elle sera passée de 200 à 201 grains. En sorte qu'avec une croissance deux fois moins forte, Z aura encore presque deux fois plus de richesses que F.

  Quoique l'absurdité du concept de « croissance » apparaisse d'ores et déjà là dans toute son ampleur, on pourra toutefois nous rétorquer assez justement que, malgré tout, une « croissance » plus grande indique un enrichissement plus rapide des habitants. Cependant s'il est vrai que chaque résident de F aura vu sa richesse multipliée par 10 en cent ans pendant que ceux de Z ne l'aurons vu se multiplier que par 2, il n'en reste pas moins que non seulement ces derniers restent incroyablement plus riches, mais aussi et surtout que l'écart entre les deux s'avère quasiment infranchissable, puisque nous l'avons vu, le taux de croissance diminue d'autant plus facilement que la richesse augmente. Durant la même période en effet, le « taux de croissance » de F a été divisé par 10 pendant que celui de Z ne l'a été que par 2 ; l'égalité n'a donc aucune chance d'advenir, à moins que Z n'entre en « récession » ou connaisse pour le moins un 0% de croissance pointé, ou encore que la nation F ne cesse plus d'augmenter le nombre de grains qu'elle produit année après année jusque parvenir à entrer en concurrence directe avec Z... mais c'est une autre histoire !

Grain de riz 01 copier

  Il nous faut admettre, toutefois, que pour la simplicité de notre démonstration, nous n'avons pas ci-dessus pris en compte un certain nombre de paramètres, tels que l'augmentation de la population d'un pays – qui peut considérablement réduire le « taux de croissance » dès lors qu'il est calculé par habitant -, la limitation des ressources mondiales – dont découle une impitoyable concurrence internationale dès lors que chacun veut garantir sa « croissance » -, et la « plus-value » ou la « valeur ajoutée », entre autres – à partir desquelles on calcule l'essentiel du P.I.B.(4) (Produit Intérieur Brut) et qui ne peuvent s'obtenir autrement que par l'exploitation des « travailleurs », c'est-à-dire par le vol infiniment répété d'une plus ou moins grande part de leur salaire(5).
  C'est que, plutôt que de refaire inutilement un travail déjà si bien effectué par Karl Marx dans Le Capital, nous avons préféré faire apparaître ici combien même à demeurer dans la plus simple et brève analyse économique possible, la « croissance » laisse bientôt voir les premières contradictions qui lui sont propres, et irréductibles, absolument ; son autre contradiction essentielle restant, à nos yeux, objectivement ontologique.

Isabeau de Loère


Notes

1 – Que ces emplois soient dits écologiques ou non importe assez peu d'ailleurs au regard de l'écologisme canaille qu'on nous promet, qui a tout d'une néo-industrie ayant pour principal objet de sauver l'exploitation capitaliste. En sorte que les solutions qu'un tel écologisme se propose de mettre en œuvre pour répondre à la « crise » ne peuvent que ressembler à s'y méprendre aux anciens problèmes.

2 – La « communauté de l'être » n'a rien de cette abstraite communion religieuse qui abolit les singularités ; elle est au contraire cette pleine assomption des singularités existantes qui s'accomplit dans l’écœurement amoureux. Car l'amour, parce qu'il unifie le séparé tout en le maintenant comme séparé, n'a d'autres lois que soi-même.

3 – Comment le pourraient-ils, l'être – la puissance d'être – étant sensiblement d'emblée ce qui s'oppose le plus intensément à leur « économie ».

4 – Ce P.I.B. étant le facteur à partir duquel on calcule le « taux de croissance ».

5 – Lire et relire à cet égard la troisième section du livre premier, tome I, du Capital de Karl Marx : La production de la plus-value absolue, en particulier le chapitre X : La journée de travail.

Posté par isabeaudeloere à 08:04 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
 
Anti-Terrorisme
Manifestations Monde en lutte Nos positions Soutien Tags cuisine TEFMORB Chants révolutionnaires Liens
« novembre 2019 
dimlunmarmerjeuvensam
     1 2
3 4 56 7 8 9
10 11 12 13 1415 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Flux RSS des messages
Flux RSS des commentaires