Amour, émeute et cuisine

Quelques pensées sur la civilisation, considérée dans ses aspects politiques, philosophiques, et culinaires, entre autres. Il y sera donc question de capitalisme, d'Empire, de révolte, et d'antiterrorisme, mais aussi autant que faire se peut de cuisine.

30 mai 2017

Tempête pour un verre d'eau

Tempête pour un verre d’eau

Publié le 29 mai 2017 sur Paris-Luttes.Info
18e arrondissement | justice | procès | police

Dimanche 28 mai 2007, sur un marché du 18e un camarade rencontre l’ancienne ministre du travail El khomri en pleine campagne pour les législatives, qui après avoir étouffé les travailleurs, s’attaque à nos quartiers. En ce dimanche caniculaire, il ose ce que beaucoup d’entre nous auraient rêvé de faire et la rafraîchit en lui lançant le contenu d’un verre.

Dimanche 28 mai 2007, sur un marché du 18e un camarade rencontre l’ancienne ministre du travail El khomri en pleine campagne pour les législatives, qui après avoir étouffé les travailleurs, s’attaque à nos quartiers. En ce dimanche caniculaire, il ose ce que beaucoup d’entre nous auraient rêvé de faire et la rafraîchit en lui lançant le contenu d’un verre. Une goutte d’eau qui sera qualifiée de violences volontaires avec arme par destination ! Et lui vaudra : une interpellation suivie d’une garde à vue, une nuit au dépôt, une première proposition de comparution sur reconnaissance préalable de culpabilité de 4 mois avec sursis dont 1 pour refus d’ADN et 105 heure de Tig, ramenée ensuite à 3 mois avec sursis et une amende pour l’adn​.

Deux propositions disproportionnées et bien sûr refusées par le camarade, qui est donc reconvoqué le 3 octobre 2017 à 9h devant le tribunal correctionnel de Paris.

Dommage pour El khomri qui voulait éviter toute publicité. N’hésitons pas chaque fois qu’on la croise à lui rafraîchir la mémoire, quitte à lui faire boire la tasse.

N’oublions pas qu’à quelques jours d’une élection l’objectif est toujours le même : faire croire que le problème c’est la sécurité. Les même épouvantails sont toujours agités : tous les plus précaires, migrant-e-s, vendeur-ses à la sauvette, toxicomanes...

Ne laissons pas cette logique sécuritaire envahir/étouffer nos quartiers.

Comme notre camarade, continuons a lutter.

Posté par PhilibertdePisan à 11:12 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

17 octobre 2016

Forum pour le désarmement de la police et la démilitarisation des conflits, les 22 & 23 octobre 2016 à St-Etienne

affiche_forum_version_web_legere

Rassemblons-nous contre les violences et les armes de la police !

Parade de rue, discussions, ateliers, concerts...

 

Depuis 1912 et les premiers gaz lacrymogènes, on voit se multiplier l’utilisation, par la police et l’armée, d’armes à létalité réduite. Plus couramment appelées « armes non-létales », elles, et le système qui les encadre, font pourtant une quinzaine de morts par an.

Grenades, Flash-Balls, Taser, la militarisation du maintien de l’ordre répond à une volonté de réprimer la moindre rébellion, la moindre résistance, la moindre déviance. Que ce soit dans les quartiers ou pendant un mouvement social, contre des sans-papiers ou des militantes, la police et la gendarmerie usent de la force armée que l’État lui octroie.
Les armes policières utilisées en France et exportées dans le monde entier, sont fabriquées sur le sol français. Verney-Carron à Saint-Étienne, Alsetex dans la Sarthe, Nobel Sport à Pont-de-Buis sont les entreprises de ce commerce juteux.
Nous voulons mener une percée dans l’imaginaire en ciblant ceux qui produisent les armes de la police. En s’interrogeant sur la logistique qui fait vivre la répression, qui la met en œuvre et en ciblant ce que cette militarisation des conflits et ces politiques de terreur signifient au quotidien sur la population.
L’année dernière un premier week-end de mobilisation a eu lieu à Pont de Buis pour pointer l’usine et sa production mortifère.

Cette année nous organisons un week-end d’action, de forums et de rencontres les 22/23 Octobre 2016 à Saint-Étienne.

PROGRAMME PROVISOIRE :

Samedi 22 octobre :

- A partir de 11h, accueil et infos avec le café

- A 13h30 Assemblée Générale

- A 15h, FAMAS’tival : parade carnavalesque !

- A partir de 19h, repas puis concert de soutien aux frais du week-end :

- Tout doit disparaitre (New wave du mardi matin),

- Dubmentalist (porte bien son nom),

- DJ la tache (électro qui porte bien son nom) et sans doute des surprises...

Dimanche 23 octobre :

10h/11h : – ateliers autodéfense (mixte/non mixte)

11h/12h30 : - table ronde « Le commerce et l’ industrie de l’armement français » (avec l’observatoire des armements et Mathieu Rigouste)

12h30/14H : - pause

14h/15h30 : - table ronde « De l’ordre colonial à l’état d’urgence permanent, évolution du maintien de l’ordre » (avec les collectifs Désarmons-les, Urgence Notre Police Assassine, Ishkashato, des militants de la cabane juridique de calais )

15h30/16h : - pause

16h/17h : - discussions :

– face à la police/face à la justice, infos pratiques (avec désarmons les/ street-médics/caisse de solidarité)

- quelles alternatives à la militarisation des conflits ? Par le MAN 17h/18h : assemblée de clôture.



famas_tival_affiche_a_3_bichrome

FAMAS’tival : parade carnavalesque !

 

Au vu du chaos en Libye, en Syrie et en Irak,
Au vu de l’occupation militaire de la Palestine,
Au vu du contrôle policier et politique en Turquie et dans de nombreuses régions du monde.

Attendu que la France est actrice des conflits, en tant que troisième exportatrice mondiale d’armement et avec un record de vente jamais atteint en 2015 ;
Considérant que l’Etat français mène une politique intérieure de casse sociale, de discrimination, et de suspicion banalisée voire citoyenne, dont ses secteurs de l’armement et de la sécurité profitent ; Considérant que depuis les années 2000, l’arrivée des armes à "létalité réduite" a permis un durcissement de la répression envers tout-e-s celleux qui troublent l’ordre social ainsi qu’un accroissement du nombre de mort-e-s, de blessé-e-s et de mutilé-e-s ;

Or c’est à St-Etienne que Verney-Carron a étendu sa production du fusil de chasse à la sécurité avec, notamment, les grenades de désencerclement et les Flash Ball.

Militant-e-s, habitant-e-s des quartiers populaires, immigré-e-s, arabes, noir-e-s, sans-papiers, Rroms, gens du voyage, zonard-e-s, manifestant-e-s (syndiqué-e-s ou non), supporters de foot ou supporters de la cause palestinienne... Nous commençons tous à bien connaître ces nouveaux outils merveilleusement conçus.

Nous nous inquiétons des décisions prises en notre nom, de la militarisation de nos espaces communs et de la construction de murs réels ou fictifs qui nous divisent.

Exprimons notre joyeux charivari dans une déambulation populaire et colorée comme antidote aux crispations nationalistes et identitaires qui sèment guerres, répressions et haine de l’Autre. Contre le nouvel ordre mondial les folklores des zones mondiales !

Venez avec vos singularités, vos déguisements, votre bonne humeur, vos instruments de musique, votre fantaisie, votre imagination et votre rage !

Toute proposition d’aide logistique, financière et humaine est bien entendu bienvenue !!!

cf : Numéro Zéro

Posté par PhilibertdePisan à 12:54 - Manifestations - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26 février 2014

Lettre ouverte du mouvement armé au préfet de Loire Atlantique, M. Christian de Lavernée.

Lettre ouverte du mouvement armé au préfet de Loire Atlantique, M. Christian de Lavernée. Sur la ZAD, le lundi 24 février 2014.

Cher Christian,

Vous avez déclaré hier, « L’opposition institutionnelle à l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes doit cesser d’être la vitrine légale d’un mouvement armé ». Il nous serait facile de vous reprocher, M. Le Préfet, de vouloir à votre tour briser des vitrines. Mais après la manifestation de samedi, autant l’avouer tout net et cesser enfin de nous cacher : nous sommes bel et bien un mouvement armé.
Nous sommes un mouvement armé de bon sens remuant et d’idées explosives, de palettes et de vis, de pierres parfois - même s’il y a ici plus de boue et de prairies, de carottes et de poireaux, d’humour et de tracteurs, d’objets hétéroclites prêts à former spontanément des barricades et d’un peu d’essence au cas où, d’aiguilles à coudre et de pieds de biche, de courage et de tendresse, de vélos et caravanes, de fermes et cabanes, de masques à gaz ou pas, de pansements pour nos blessés, de cantines collectives et chansons endiablées, de livres, tracts et journaux, d’éoliennes et de radios pirates, de radeaux et rateaux, de binettes, marteaux, pelles et pioches, de liens indestructibles et d’amitiés féroces, de ruses et de boucliers, d’arcs et de flêches pour faire plaisir à Monsieur Auxiette, de salamandres et tritons géants, de bottes et impers, de bombes de peinture et de lances à purin, de baudriers et de cordes, de grappins et de gratins, et d’un nombre toujours plus important de personnes qui ne vous laisseront pas détruire la zad. Vous ne nous ferez pas rendre ces armes.
Et vous, M. Le préfet, quand cesserez vous d’être la vitrine légale d’un mouvement armé ?

Mouvmt armé légumier ZAD

Sincèrement,

Les Black Ploucs

08 février 2014

Cinquième festivité : Feu de tous les journalismes !

moniale copier

Cinquième festivité : En ces temps transparents, on "inventa" une arme plus horrifique et implacable encore que celles à feu qui étaient vendues un peu partout dans le monde par l'industrie marchande : celle du journaliste qui, tel un alarmant jeune puceau, ne devait plus cesser de feindre l'indignation et la surprise devant l'existence d'un tel commerce mortifère. Mais c'est qu'on voulait par là nous faire accroire ceci que le monde-marchandise ne saurait connaître cet obscène et mortel marché autrement qu'après avoir été corrompu ; quand c'est la mort et l'obscénité qui en était la nature même, et absolument. Le journaleux toutefois, jamais avare en discours affligés et si plein de compassion pour ses "frères" humains, ne devait jamais manquer non plus de continuer à faire savoir aussi à quel point il était étonnant de voir circuler tant d'armes militaires occidentales sur tant de théâtres de guerre pourtant tous plus ou moins également loin de l'occident. Mais s'imaginait-t-il donc qu'on trouvât maintenant si aisément à les vendre sur des zones pacifiées, ces armes, qu'il en était devenu inutile de les vendre là où elles découvraient toujours de quoi exercer leurs divers pouvoirs destructeurs. La puissance de la marchandise, même parvenue à son ultime degré d'accomplissement, n'offrait pas encore aux marchands de vendre un frigo à l'habitant du pôle nord sans que ce dernier ne montrât quelque "ingénieuse" et heureuse réticence.

cf : le documentaire "Des armes pour le monde", diffusé sur Arte, le mardi 4 février 2014.

lieutenants-et-journalistes-a-canjuers 00 copier

La Moniale, février 2014

Posté par PhilibertdePisan à 17:10 - TEFMORB - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
 
Anti-Terrorisme
Manifestations Monde en lutte Nos positions Soutien Tags cuisine TEFMORB Chants révolutionnaires Liens
« septembre 2017 
dimlunmarmerjeuvensam
     1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
Flux RSS des messages
Flux RSS des commentaires