Amour, émeute et cuisine

Quelques pensées sur la civilisation, considérée dans ses aspects politiques, philosophiques, et culinaires, entre autres. Il y sera donc question de capitalisme, d'Empire, de révolte, et d'antiterrorisme, mais aussi autant que faire se peut de cuisine.

15 décembre 2016

Auc Champs-Élysées du vice électoraliste

Aux Champs-Élysées du vice électoraliste
de la présidentielle 2017 en France

Strasbourg-le-9-mars-2016-manifestation-contre-la-loi-du-travail-propose-par-ma-ministre-el-khomri copier

De la fonte redoublée des glaces au Brexit anglais, des contestés jeux olympiques de Rio à la victoire de Donald Trump aux États-Unis, de Notre-Dame-des-Landes à la chute de Matteo Renzi en Italie, en passant par la révolte des Sioux et l'apostasie de présidence inaugurée en France par l'ectoplasmique François Hollande, tout ou presque tout(1), en 2016, aura échappé à « l'intelligence » du vieux pouvoir politique, et montré un épuisement d'icelui qu'aucun clignement d’œil médiatique ne parviendra plus maintenant à déguiser.
C'est qu'à l'approche du désastre définitif, la catastrophe en cours depuis longtemps devait nécessairement devenir toujours plus visible aux yeux de la plèbe, qui a dès lors commencé de réagir en conséquence, quoique encore très diversement et avec plus ou moins d'efficience. Partout en tout cas là où sévissait il y a peu un certain sommeil de l'être, une émotion renaît qui voit les luttes se multiplier, déplacer les fronts, alterner les intensités du conflit, et ouvrir des interstices où les trajectoires de chacun se traversent et renouent avec l'en-commun. Ici ou là, des faucheuses et faucheurs de chaises aux lanceurs et lanceuses de cocktails molotov, nous commençons de renouer des liens avec des formes-de-vie réelle(s) qu'aucune économie de la survie imposée ne saurait plus enceindre.

En France, toutefois, l'élection présidentielle – dont le spectacle entamé depuis longtemps déjà devrait logiquement culminer en mai prochain dans la plus complète insanité -, semble avoir replongé un assez grand nombre d'habitants dans une expectative qui, sans être une palinodie, a quand même beaucoup d'un retour à la plus absurde dévotion au dispositif électoral, et par là même à la domination impérialo-marchande. Là en effet où le printemps 2016 et « sa loi-travail » nous avaient vu nous révolter jusqu'à en mettre debout la nuit même, l'automne, lui, malgré quantité d'escarmouches, n'a pour l'essentiel été qu'un hiver précoce ; l'augmentation des inscriptions sur les listes électorales semble en témoigner.

Le dispositif dit démocratique du suffrage universel visant à nommer au-dessus de soi un ou plusieurs dirigeants tient bien plus pourtant du plébiscite(2) que de la « fête populaire », et c'est d'ailleurs en quoi d'emblée il contient en lui-même la dictature(3) - comme disait Marcuse, le fait de pouvoir élire librement des maîtres ne supprime ni les maîtres ni les esclaves(4) , il ne faut pas rêver ; que d'aucuns puissent encore espérer un changement positif à l'issue de la prochaine élection présidentielle après tant de déconvenues successives a dès lors de quoi étonner - mais peut-être n'avons-nous affaire là qu'avec une apparence trompeuse.


Il y a fort à parier, en effet, que sentant la fin proche du monde tel qu'il est, chacun entende présentement jouer un dernier coup de dés afin au moins pour certains de sauver les meubles, pour d'autres de renverser la table. L'option François Fillon pour les premiers, la progression de Jean-Luc Mélenchon et la stabilité de Marine Le Pen pour les seconds n'énoncent d'ailleurs rien d'autres, et le résultat de la présidentielle 2017 ne saurait plus guère autrement susciter la surprise qu'en étant sans surprise.

L'état confus de la situation politique française et mondiale ouvre de toutes façons la porte à tous les possibles, et rend bien aussitôt par là même caduc tout effet propre à stupéfier.

Quelle que soit l'issue de l'élection, la stupéfaction viendra d'ailleurs ; c'est pourquoi le pouvoir en place a d'ores et déjà prolonger l’État d'urgence au-delà de son propre mandat, et demande à la police et l'armée de multiplier les exercices contre-insurrectionnels.

L'assemblée nationale et l’Élysée n'étant plus après tout que des centres vides hantés par des âmes vides, l'évidence de leur inflammabilité reparaît à beaucoup, et la commune – c'est entendu, et, outre l'habituelle duplicité de la canaille syndicaliste, l'échéance n'a pu être évité jusqu'ici qu'à grand renfort de spectacle médiatico-politique visant à faire accroire encore que les divergences réelles qui parcourent la « société » seraient solubles dans l’État souverain. Autrement dit, on veut faire passer ce qui a tout d'une guerre civile pour un simple débat sur des détails, et ce qui a tout d'un simple débat sur des détails pour une guerre civile, guerre civile que le dispositif électorale seul permettrait de réaliser telle une Pax Romana.

Chacun une fois encore sans doute fera semblant d'être dupe jusqu'en avril-mai, guère plus longtemps, tant il appert que la présidentielle qui vient ne saura qu'entériner de nouveau le désert de l'avoir contre l'être ; les grecs n'ont-ils pas élu Tsipras et son parti Siriza en 2015(5).

Rien, en 2017, ne viendra plus dissimuler ceci que, de l'extrême-gauche officiel à l'extrême-droite, toutes les politiques étatiques travaillent à sauver ce qui reste du capital, comme au maintien de leur propre domination à sa suite – l’État d'exception permanent n'étant là que la confirmation devenue partout visible(6) qu'un tel constat ne connaît pas d'exception.

L'insurrection, dès lors, devient en France le plus inévitable des possibles, aussi sûrement que le plus impérieusement nécessaire. Souhaitons cependant que nul n'y court par trop naïvement, la commune de Paris jadis et l'exemple syrien à présent ont assez montré déjà combien la domination impérialo-marchande était peu encline à supporter longtemps la présence de révolutionnaires s'organisant en dehors d'elle ; tous les régnants ont toujours été d'impitoyables seigneurs de guerre en puissance.

Mais si la peur est légitime, elle n'arrête pas l'exigence de vivre.
Tous les règnes ont une fin.

Vive la commune !

Le 15 décembre 2016


Note

1 – Il est notable que Bashar Al Assad et Vladimir Poutine, entre autres, en bon seigneur de guerre, ont su quant à eux faire preuve d'un savoir faire tant claustwitzien que machiavélique dans la gestion du conflit syrien, lequel, avant de devenir une « boucherie », avait d'abord été une tentative révolutionnaire.

2 – Lire à cet égard « Lettre à nos cousins d'Amérique », sur Lundimatin (https://lundi.am/LETTRE-A-NOS-COUSINS-D-AMERIQUE)

3 – De Napoléon III à Adolphe Hitler, c'est bien par le dispositif électoral que le pouvoir fut pris. Mais, quelque soit l'élu, nous pouvons toujours déjà parler de dictature, puisqu'il s'agit bien toujours d'une personne qui des électeurs reçoit temporairement les pleins pouvoirs ou au moins la possibilité légale d'en user.

4 – L'Homme unidimensionnel, Herbert Marcuse

5 – Voir l'article « La contre-insurrection qui vient, modestes propos sur la situation grecque » : http://ecoeuretcuisine.canalblog.com/archives/2015/05/04/31999592.html

6 – On nous habitue depuis de nombreuses années, depuis le plan vigipirate en 1995 pour ce qui est de la France, à une présence policière et militaire – sans parler des caméras de surveillance - qui ne laisse pas de confirmer que le contrôle des populations est devenu une priorité pour la plupart des États souverains.

Posté par Leolonico à 14:42 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

15 juin 2016

Nous ne voulons pas l'ersatz et la migraine !

PDF ICI

De quelques considérations dans lesquels nous ne communiquerons pas sur la pseudo-violences de quelques manifestants lors de la manifestation parisienne du 14 juin 2016, mais où nous essaierons de contribuer modestement à la lutte en cours.


Une conscience sans scandale est une conscience aliénée.
G. Bataille, La littérature et le mal.

Nos seules manifestations, restant rares et brèves dans les premières années, voulaient être complètement inacceptables ; d'abord surtout par leur forme et plus tard, s'approfondissant, surtout par leur contenu.
G. Debord, Panégyrique


Exorde

Le haut degré de séparation/division entre les individus et l'objet de leurs « activités », entre les individus et la nature, et bien sûr entre les individus eux-mêmes, que les divers dispositifs de la domination marchande n'ont cessé d'imposer toujours plus profondément depuis plus de deux siècles, a commencé de vaciller ici et maintenant sur ses bases. La lutte « sociale » qui a débuté en France voici environ trois mois - et dont nous pouvons dire qu'elle s'inscrit, au moins partiellement, dans la continuité de celle qui en Grèce commença dans le courant de l'année 20091 - a d'ores et déjà en effet permis de rompre, quoique imparfaitement, avec un train-train quotidien mortifère où l'isolement de chacun ne l'enviait jamais en rien à la misère de cette survie qui, à peine assurée, était toujours de plus en plus connue de presque tous. Partout là où ne subsistait plus il y a peu qu'un sommeil peu reposant – tant il est vrai que le repos lui-même n'était plus guère consenti qu'à crédit -, reparaissent aujourd'hui la libre palabre et les débordements vitaux de la révolte.
Mais qu'un tel mouvement ait de quoi nous réjouir ne doit pas nous dispenser d'en observer en sus les limites et les failles ; la révolte n'est pas la révolution, moins encore l'assurance de sa victoire.


Nuit Debout

Ainsi avons-nous pu constater deux fâcheuses tendances lors des rassemblements dits de « Nuit Debout », deux fâcheuses tendances qui, à dire vrai, diffèrent bien plus quantitativement que qualitativement, puisqu'il est patent que si l'une apparaît le plus souvent à chaque fois qu'une grande quantité de personnes sont rassemblées, l'autre au contraire n'apparaît qu'au sein de réunions dont les participants vont s'avérer peu nombreux et, conséquemment, peu visibles.
La première tendance, qui consiste donc à multiplier inlassablement les assemblées générales et les votes, conduit nécessairement à reproduire ce qu'elle prétendait d'abord critiquer, en ceci qu'elle ne fait de toutes façons d'emblée qu'en reprendre les dispositifs pseudo-démocratiques réellement aliénés. Le vote, en effet, au contraire de la libre palabre évoquée ci-dessus, contraint souvent à des prises de décisions qui n'avaient rien d'indispensables et qui, de ce seul fait justement qu'elles n'étaient pas indispensables, s'avèrent fréquemment provoquer, à plus ou moins long terme, de la division ; laquelle division ne manquera pas bientôt de recréer les vieux clivages politiques nés de la falsification spectaculaire-marchande. De son côté, l'assemblée générale – qu'elle soit suivie d'un vote ou non -, d'être toujours déjà en elle-même une succession de courtes paroles écoutées sans répliques possibles ou presque, ne peut que finir en dernière analyse par générer chez la plupart des participants un ennui tel que l'épuisement ne tardera pas de les gagner bientôt. Comment, d'ailleurs, se pourrait-il qu'il en soit autrement pour des populations déjà si fatiguées par le système électif officiel qu'elles en sont heureusement venues à s'abstenir majoritairement d'aller aux urnes. Bref, à plus ou moins longue échéance, la forme « assemblée générale/vote » ne peut que finir par se coaguler en puissance abstraite-séparée répondant aux intérêts des quelques-uns sur place qui auront su, plus ou moins consciemment, faire accroire l'universalité de ces intérêts, ou défaire le mouvement en le replongeant dans le néant duquel il avait émergé.
La seconde tendance, qui n'exclut pas entièrement la première en tant au moins qu'elle ne s'affranchit pas toujours non plus du dispositif de la votation2, a toutefois de particulier ceci qu'elle s'apparente bien plutôt à des réunions « d'alcooliques anonymes » qu'à celle de conseils ouvriers ou de comités révolutionnaires. Non point fort heureusement qu'on s'y abstienne de boire pour y évoquer ses déboires avec la rinçonnette, mais on y expose à tour de rôle si volontiers ses névroses et indignations sui generis que parler là de simples conciliabules de « névrotiques anonymes » ne semble en rien outrancier. Or, quel que puisse être l'intérêt, parfois indéniable au sein d'un groupe et pour le groupe, de tels relations innervées de soi, l'expérience montre aussi combien de leur fastidiosité ne se dégage la plupart du temps que des silences gênés ; iceux silences ne manquent jamais de reléguer les meilleures aspirations révolutionnaires au mauvais rang de château en Espagne. En sorte qu'on n'aura toujours bientôt là encore d'autres choix que celui de retourner à la gestion neurasthénique de son frêle oikos, ou de se subsumer à nouveau sous une représentation séparée-abstraite. Et, tandis que la première tendance des « Nuit-Debout » permet au moins d'espérer générer l'existence d'un nouveau parti politique – cette coagulation en puissance abstraite-séparée répondant aux intérêts des quelques-uns sur place qui auront su, plus ou moins consciemment, faire accroire l'universalité de ces intérêts, tel que Syriza en Grèce ou Podemos en Espagne -, on n'aura ici d'autre espace politique où réassigner sa voix que sur l'un d'entre ceux qui font d'emblée partie de l'infrastructure marchande : le mélanchonisme, qui prépare, au cas où et comme ses coreligionnaires de Grèce et d'Espagne, la contre-révolution, risque fort en France de tirer dès lors son épingle du jeu.


Syndicalisme

Qui, cependant, continue de ne pas déposer son être sur le fond rogue d'un parti, trouve souvent, sur le chemin de sa révolte actuelle, divers syndicats l'invitant à se joindre à eux pour défendre ce qu'il est convenu d'appeler « les acquis sociaux » ou, selon une mode récente, « les conquis sociaux ». Mais - ainsi que nous l'avons déjà dit ailleurs - à quelques exceptions près, le syndicalisme, qui a toujours pris l'apparence de qui vise à améliorer la vie quotidienne, n'a réellement toujours déjà pour objet que le maintient de l'ordre existant ; la défense éternelle des « acquis » ou « conquis sociaux » ne dit d'ailleurs jamais rien d'autre que : - ce qui existe hic et nunc est bon, ce qui est bon existe hic et nunc ! En quoi le « there is no alternative » tatcherien ne serait pas loin, si n'était qu'il a toujours bien plus tâché d'atteindre à un ordre social existant augmenté3 plutôt que seulement stabilisé. Quoi qu'il en soit, la limite essentiel, à nos yeux, des syndicats, tient donc à ceci que l'idée de révolution leur est presque absolument étrangère4, et ce d'autant plus que leur structure interne, généralement proche de celle des partis politiques dits représentatifs, les invite à travailler d'abord comme ces derniers à maintenir leur propre existence, quitte à agir au contraire des intérêts de leurs adhérents.
Un syndicat, toutefois, ne trahit pas plus ses militants et sympathisants qu'un parti ses partisans et électeurs ; il est dans la nature même de tout organe hiérarchisé d’ouvrer prioritairement en faveur de sa hiérarchie. C'est pourquoi dans la lutte en cours il s'agit selon nous de ne s'associer au syndicats qu'avec parcimonie, lors des quelques moments où les intérêts des comités autonomes – lesquels devront toujours être anti-hiérarchiques dans leur forme comme dans leur contenu – se croisent avec les leurs.
Ne pas se diviser dans la bataille contre la domination ne signifie pas qu'il faille consentir à toute la vile industrie de tous ses ersatz, sans quoi nos lendemains risque une fois encore d'être faits de migraines.

Et c'est justement ce à quoi répond notre soi-disant violence qui, pour autant qu'elle ne veut plus du monde renversé n'en veut ni l'ersatz ni la migraine. Le pouvoir n'est pas à prendre, il est à détruire !

A bas le travail
A bas l'argent
A bas l'Empire-marchand

VIVE LA COMMUNE


Comité A.E.C, le 15 juin 2016


Notes

1 – Que l'amorce de cette lutte fût bientôt l'occupation de quelques places publiques en témoigne suffisamment - Voir à cet égard notre texte La contre-insurrection qui vient, modestes propos sur la situation grecque. (http://ecoeuretcuisine.canalblog.com/archives/2015/05/04/31999592.html#comments)

2 – Votation ici plus dénuée encore de tout impact concret, pratique, tant le petit nombre de participants la voue aussitôt à sombrer dans le néant de la parole en l'air, où seule l'autosatisfaction d'avoir apparemment su décidé de quelque-chose – mais quoi – autorisera enfin chacun à retourner souriant à la gestion de son oikos intime.

3 – Nous parlons ici « d'ordre...augmenté » comme on parle ailleurs, chez les imbéciles transhumanistes pour être précis, « d'Homme augmenté ».

4 – Que la plupart des syndicats soient pour une bonne part financés par l’État en dit suffisamment long sur ce point.

 

detruisons-ce-qui-nous-detruit

 

 

19 novembre 2014

Une réponse à Forez Info, en attendant sa souhaitable dissolution

Bonjour, nous avons lu l'article écrit par FI concernant le rassemblement du lundi 10 novembre à 18h place de l'hôtel de ville à Saint-Etienne, publié sur votre site internet Forez Info, et titré "Un petit rassemblement contre les logiques de profit et les guerres qui en découlent". Aussi en appelons-nous, étant donnée la teneur assez captieuse de celui-ci, à un légitime droit de réponse pour vous demander d'éditer la présente rectification* [y compris bien entendu ce qui vient d'être susdit] : Il nous semble en effet que dire d'un jeune homme qu'il "a trouvé la mort" s'avère être ici une formule assez rusée qui vise à cacher ceci que c'est bien plutôt la mort qui l'a trouvé que le contraire. Nul ne trouve jamais la mort, sinon à l'avoir cherchée ; or nous ne sachions pas que ceux qui luttent aient déjà eu l'audace imbécile de se lancer dans une telle quête. Rémi Fraisse ne s'est pas suicidé, il n'a donc pas cherché la mort, il l'a prise en pleine gueule. Qu'entend-on ensuite par "quelques dizaines de personnes" ? Une trentaine, une centaine, plus, moins, le flou ne tend-il pas à réduire l'importance d'un rassemblement qui, pour ne pas avoir été 'grandiose' n'en a pas moins été remarquable, ne serait-ce qu'au regard d'un passé récent où ce genre d'action avait rarement lieu, et plus rarement encore avec un tel nombre de participants. Que plus de cent personnes se réunissent régulièrement depuis trois semaines pour manifester devant la préfecture ou l'hôtel de ville n'est pas anodin dans une ville comme Saint-Etienne, ville dont la situation veut 'logiquement' que beaucoup n'entretiennent qu'un rapport très lointain avec des luttes telles que celle du Testet ou celle de Notre-Dame-Des-Landes. Nous passerons sur un "à cause de" qui, quoique mis entre parenthèse, cache fort peu l'absurde et odieuse hypothèse qu'il sous-tend : qu'une certaine idée-de-la-vie dont Rémi Fraisse aurait été l'un des malheureux portefaix serait plus mortelle encore qu'une grenade.

Enfin, et c'est le point le plus étrange, que vient faire dans un tel article - qui prétend en rester à une objectivité de simple constat -, une phrase telle que : "La police a parfois bon dos...", sinon laisser entendre qu'elle n'aurait aucune responsabilité dans la mort de Rémi Fraisse, en confirmant par là l'énoncé précédent qui voulait déjà que ce dernier ait bien seulement "trouvé la mort", à force donc de l'avoir tant cherchée.

Bref, il nous semble que cet article essaie de cacher sous une apparence anodine, due entre autres à sa concision, l'authentique ineptie du propos qu'il cherche d'un même trait à faire entendre en douce, et selon lequel il serait acceptable, voire presque normal, de mourir lorsqu'on manifeste une idée-de-la-vie - mais laquelle ? - pareille à celle qu'aurait portée Rémi Fraisse et ses compagnons de lutte sur la ZAD du Testet. Qu'un tel discours soit obscène, c'est l'évidence, mais plus obscène encore la façon d'essayer d'en faire passer l'essentiel clandestinement, en simulant une impartialité qui n'a pourtant jamais été là, tout en clignant de l’œil. L'indécence de cet article forezinfoiste devait être dévoilée, c'est fait. Nous en appelons maintenant à l'intelligence, au cœur et à l'esprit de chacun pour nous rejoindre dans la lutte.

Le collectif de soutien à la lutte contre les grands projets inutiles et imposés

Ce "droit" de réponse nous a été refusé par la "rédaction" de Forez Info, c'est pourquoi nous le publions ici, tel que nous le leur avions proposé. Forez Info n'avait jamais été jusqu'ici pour nous que bien peu de choses, ce n'est maintenant plus rien.

Posté par Leolonico à 12:42 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

21 octobre 2013

Du trop de réalité

Du trop de réalité (2000)Du trop de réalité, de Annie Le Brun, 2000.

Extrait n°1 : Car c'est le trop de réalité qui engendre cette "réalité virtuelle" destinée à englober toute réalité, dans la mesure où "il s'agit d'un système dans lequel la réalité même (c'est-à-dire l'existence matérielle/symbolique des gens) est entièrement captée, immergée, dans un cadre d'images vituelles, dans un univers de simulacres, dans lequel les apparences ne se situent pas seulement sur l'écran où l'expérience est communiquée, mais deviennent l'expérience même".

Extrait n°2 : Quant aux exceptions, il paraît bien difficile d'en trouver dans un temps où il n'est plus d'intellectuel à pouvoir même concevoir l'honneur de refuser le Légion d'honneur.

Extrait n°3 : Quant aux artistes - dont il n'y a pas grand-chose à attendre depuis que Jacques Vaché en a tranché en 1917 : "Nous n'aimons ni l'art, ni les artistes" -, on ne sait pas ce qui les aurait empêchés de rejoindre cette domesticité culturelle. Sinon, on ne verrait pas prétendre à ce titre une pléthore de travailleurs culturels censés produire l'art de ce temps, au rythme des bourses et subventions que tous les Etats du monde leur accordent généreusement.

Extrait n°4 : Sur ce point, comme sur tant d'autres aujourd'hui, l'université donna le ton - ce qui, soit dit en passant, confirmait l'analyse de "Unabomber" pour qui les universitaires sont les meilleurs agents de la société qu'ils prétendent critiquer. En effet, tous les professeurs d'université, sollicités par la police pour évaluer le texte dont on cherchait à arrêter l'auteur, furent unanimes : non seulement ce texte ne répondait pas aux critères universitaires mais son auteur n'était pas des leurs.

Posté par PhilibertdePisan à 20:51 - Livres - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

27 novembre 2012

Banalités de base n°35, 36 & 48

Van Gogh banalité de base 35 & 36 Ben Laden banalité de base 48

Posté par isabeaudeloere à 10:31 - Tracts - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 mai 2012

Infokiosque

Infokiosque

INFOKIOSQUE

Posté par PhilibertdePisan à 20:00 - Liens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 novembre 2009

Tarnac : la contre-enquête qui dérange

La défense pointe les anomalies et les contradictions des procès-verbaux de la police.

    Une enquête au point mort. Et aujourd’hui, une contre-enquête. Depuis un an, l’enquête du juge antiterroriste Thierry Fragnoli sur les sabotages des lignes TGV dans la nuit du 7 au 8 novembre 2008 n’a pas permis de découvrir d’éléments matériels confirmant l’implication des neuf jeunes installés à Tarnac, en Corrèze. Ils sont tous, à ce jour, mis en examen pour «association de malfaiteurs, destructions et dégradations en relation avec une entreprise terroriste». Julien Coupat étant poursuivi pour «direction ou organisation» du groupe.

    L’enquête n’est pas allée au-delà des premières constatations qui incriminaient Julien Coupat : sa présence en compagnie d’Yildune Lévy à proximité d’une voie sabotée, la nuit des faits. Dans une note qui doit être transmise au juge aujourd’hui, les avocats de la défense, Mes Thierry Lévy, Jérémie Assous et William Bourdon, contestent désormais les premiers éléments recueillis. Les avocats rappellent que Yildune Lévy et Julien Coupat ont été «suivis de manière continue depuis leur départ de Paris dans la matinée du 7 novembre jusqu’à leur retour dans la capitale, dans la matinée du 8 novembre». «Leur participation à ces faits», qu’ils contestent, «ne devrait pas faire de doute». «Or non seulement le doute existe, notent-ils, mais les incohérences et les anomalies dont sont émaillées les constatations des enquêteurs amènent à s’interroger sur leur crédibilité

 

    Des traces de semelles et de pneus qui ne collent pas

    Dès le 8 novembre, un technicien en identification criminelle de la gendarmerie effectue des relevés. «Le site et les voies ferrées sont protégés par une clôture métallique mesurant environ deux mètres, surmontée par un fil de fer barbelé», note Cyril C. Les portails grillagés qui permettent d’accéder au site sont intacts. Mais à droite de l’entrée nord-ouest, le grillage garde «plusieurs traces d’effractions». Il a été sectionné. De l’autre côté de la voie, des traces d’escalade sont visibles.

    Le gendarme constate aussi «la présence de traces de pneumatiques laissées par un véhicule ayant effectué un demi-tour». Il mesure. Largeur du pneu : 153 millimètres ; distance séparant l’intérieur de deux côtés opposés : 1 190 mm. Or ces traces ne peuvent correspondre à la voiture utilisée par Coupat. Les pneus de la Mercedes 250 qu’il utilisait sont larges de 200 mm, et la distance entre les roues de 1 300 mm.

    L’homme de la police scientifique découvre aussi «la présence sur ce même chemin de deux traces de semelles de chaussures». «Une trace indexée 13, longue de 245 mm» ; et une autre «indexée 14, longue de 200 mm». Or Coupat chausse du 45, ce qui correspond à une longueur de 307 mm, et Yildune Lévy du 39, soit 260 mm. Suivant les traces, le gendarme reconstitue «un cheminement montant» au sein de «l’emprise SNCF», ce qui lui permet de déduire l’itinéraire des saboteurs. Après être entrés par le portail nord-ouest et avoir circulé sur la voie, ils sont sortis en escaladant le portail nord.

    L’avis des avocats.«Les constatations du technicien ne sont pas compatibles avec celles de la surveillance. Les traces de pneumatiques et de semelles de chaussures ne peuvent correspondre ni aux pneus de la voiture surveillée ni aux chaussures des occupants

 

    Une filature en question

    Revenant sur la nuit du 7 au 8 novembre, Julien Coupat dira s’être «senti suivi» dès qu’il s’est «engagé sur des petites routes». «J’ai dû m’arrêter une dizaine de fois et faire autant de demi-tours, a-t-il dit. Il y avait quasiment un caractère de jeu à s’arrêter et à voir venir les voitures en reconnaissance.» Selon les policiers, le couple aurait circulé, le 7 au soir, sur la départementale 23 qui relie les villages de Dhuisy et de Germigny-sous-Coulombs (Seine-et-Marne) et qui passe sous la ligne TGV qui sera découverte sabotée. Après avoir mangé, et dormi quelques heures dans la voiture, au Trilport, à trente kilomètres de là, ils seraient revenus sur la même route. «Le 8 novembre, à 3 heures 50 minutes, constatons que le véhicule allume ses feux et démarre en direction de la Ferté-sous-Jouarre. Il chemine à allure normale sur la RN3, indique le procès-verbal de la SDAT. Le véhicule emprunte dans Dhuisy la direction Germigny, après un kilomètre il oblique à gauche dans la voie dans laquelle il avait été observé précédemment (près de la ligne TGV). Il est 4 heures.» Ce minutage sera repris dans d’autres procès-verbaux.

    L’avis des avocatsSelon le procès-verbal, il s’est écoulé dix minutes entre les deux points de stationnement.L’itinéraire emprunté entre les deux arrêts est également indiqué. Or la distance parcourue étant de 26,6 kilomètres, la vitesse moyenne de la voiture aurait dû être de 159,6 km/h. La voiture surveillée n’a pas pu parcourir la distance indiquée entre Trilport et le lieu des faits dans le laps de temps indiqué

 

    Des procès-verbaux discordants

    La voiture de Coupat, un vieux modèle de Mercedes, se serait donc arrêtée à proximité de la voie TGV. Coupat n’a pas confirmé ce lieu de stationnement lors de sa garde à vue. Et le juge ne l’a pas interrogé sur ce point. Coupat a déclaré être retourné à «l’un des endroits les plus reculés, à l’écart de tout, en pleine campagne», pour y «faire l’amour» avec son amie. La ligne à grande vitesse (LGV) est entourée de champs et surplombe l’horizon.

    A l’endroit où la route plonge sous la voie SNCF, il y a quatre lieux de stationnement possibles, deux de chaque côté de la LGV. Si la Mercedes s’est garée là, et les policiers suiveurs de l’autre côté de la voie, ils sont à quarante mètres tout au plus. Qu’ont-ils vu ? «A 4 heures 5 minutes, une approche piétonne des lieux nous permet de constater la présence du véhicule stationné tous feux éteints sur l’entrée de la voie de service, sise quelques mètres avant le pont de chemin de fer, indique sur procès-verbal le lieutenant de la SDAT. Il nous est impossible de distinguer si le véhicule est occupé ou non.» Un quart d’heure plus tard, la voiture repart. Les policiers semblent n’avoir rien observé.

    Pourtant, un gendarme, le lieutenant-colonel Eric G., chargé des constatations le jour des faits, dresse un procès-verbal contradictoire. Il note qu’un officier de police de la SDAT lui a déclaré dans la journée au téléphone «avoir suivi et observé un individu qui s’est stationné à l’intersection entre la D23 et la LGV Est pendant une vingtaine de minutes entre 4 heures et 4 heures 20». Mieux : «Cette personne a accédé à l’emprise sécurisée de la SNCF sans qu’il [le policier] puisse déceler ses agissements.» Cette déclaration, faite alors que les sabotages font déjà l’actualité des radios, ne sera pas été réitérée.

    L’avis des avocatsSi un individu - et pas un fantôme - avait été vu vers 4 heures du matin sur la voie ferrée à l’endroit du sabotage, cela constituerait un lien objectif entre la voiture des mis en examen et les faits. […] Le fait de ne pas mentionner cette information essentielle» est «de nature à faire douter de l’authenticité [du procès-verbal de police]

 

    le cafouillage sur la découverte de l’incident

    Après le départ de la voiture, les policiers de la SDAT auraient procédé à une «minutieuse recherche aux abords immédiats de la voie ferrée et du pont de chemin de fer», sans rien trouver. Ils seraient restés sur place trois quarts d’heure. «A 5 heures 10 minutes, constatons le passage sur la voie ferrée d’un TGV. Lorsque le train passe à l’aplomb exact du pont de chemin de fer se produit une gerbe d’étincelles accompagnée d’un grand bruit sec. Voyons la caténaire se détendre puis se retendre. Le train semble poursuivre son cheminement sans encombre.» Selon leur procès-verbal, les policiers demandent à leur état-major «d’aviser immédiatement les responsables de la SNCF». Mais ils quittent les lieux, attitude curieuse s’ils ont été témoins des faits. A 5 h 50, ils «donnent instruction» à l’équipe qui a continué la filature jusqu’au périphérique de «regagner le service». La SDAT ne semble prévenir personne immédiatement.

    De son côté, le conducteur du TGV d’ouverture de la ligne a «constaté un incident du pantographe» à 5 h 12. C’est à 8 h 22 que les services de la SNCF remarquent à Strasbourg un pendule [élément de fixation de la caténaire, ndlr] resté accroché sur le pantographe du train. A 10 h 36, les agents de maintenance sont prévenus. Et Patrick C., qui reçoit l’appel, est déjà sur la voie. Il est sorti vers 9 h 10 pour un TGV stoppé par un chevreuil… C’est donc lui qui arrive sur place à 11 h 46 seulement. Il constate que huit pendules sont décrochés, et un cassé, sur dix mètres.

    Dans la journée, les gendarmes découvrent que la police ferroviaire aurait appelé le central de sûreté vers 10 heures pour l’avertir d’un appel de l’officier de permanence de la police judiciaire à 7 h 50. «Une équipe PJ, en mission de surveillance», aurait «vu un individu piéton qui se trouvait sur la LGV à l’intérieur des emprises SNCF». Le commandement de surveillance SNCF se tourne vers le responsable de la régulation de la LGV Est. L’appel est enregistré vers 10 heures.

    «- Je t’appelle, j’ai la police qui nous a indiqué maintenant que vers 5 heures ce matin, il y aurait eu un équipage de la PJ qui aurait aperçu au niveau de Dhuisy […] une personne qui se serait avancée sur le pont, je pense qu’elle n’a rien jeté, parce que sinon on s’en serait rendu compte. C’est juste pour signaler ça, quoi : une personne a fait un aller-retour sur le pont et après, ils ont perdu la personne.

    - Ben là, écoute, je ne suis pas du tout au courant, mais vraiment pas du tout ! Ça c’est passé à 5 heures ?

    - Ouais, à 5 heures ! Il est temps qu’ils se réveillent, ils nous appellent cinq heures après, mais bon…»

    L’avis des avocatsLe signalement a été donné au plus tôt à 7 h 50 et plus vraisemblablement vers 10 heures. Les circonstances qui ont entouré le signalement de l’incident aux techniciens de la SNCF suscitent également de nombreuses interrogations. […] La PJ a tardé, sans raison connue, à informer les responsables de la SNCF

Karl Laske, dans Libération du 2 novembre 2009

Posté par Leolonico à 16:55 - anti-terrorisme - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
 
Anti-Terrorisme
Manifestations Monde en lutte Nos positions Soutien Tags cuisine TEFMORB Chants révolutionnaires Liens
« novembre 2017 
dimlunmarmerjeuvensam
   12 3 4
5 6 7 8 9 10 11
12 1314 15 16 17 18
19 20 21 2223 24 25
26 27 28 29 30   
Flux RSS des messages
Flux RSS des commentaires