Amour, émeute et cuisine

Quelques pensées sur la civilisation, considérée dans ses aspects politiques, philosophiques, et culinaires, entre autres. Il y sera donc question de capitalisme, d'Empire, de révolte, et d'antiterrorisme, mais aussi autant que faire se peut de cuisine.

08 mars 2019

La communauté qui vient

Agamben, La communauté qui vient

La communauté qui vient, théorie de la singularité quelconque, de Giorgio Agamben.

Extrait n°1 : Car l'amour ne s'attache jamais à telle ou telle propriété de l'aimé (l'être-blond, petit, tendre, boiteux), mais n'en fait pas non plus abstraction au nom d'une fade générricité (l'amour universel), il veut l'objet avec tous ses prédicats, son être tel qu'il est. Il désire le quel uniquement en tant que tel - et c'est cela son fétichisme particulier.

Extrait n°2 : Le transcendant n'est donc pas un être suprême au-dessus de toute chose, mais plutôt : l'avoir-lieu de toute chose est le transcendant pur.

Extrait n°3 : Décisive est ici l'idée d'une communauté inessentielle, d'une solidarité qui ne concerne en aucun cas une essence. L'avoir-lieu, la communication des singularités dans l'attribut de l'étendue, ne les unit pas dans l'essence, mais les disperse dans l'existence.

Extrait n°4 : Car, s'il est vrai que l'être quelconque a toujours un caractère potentiel, il est également certain qu'il n'est pas puissance de tel ou tel acte spécifique ; il n'est pas non plus, pour autant, simplement incapable, privé de puissance, ni même capable de toute chose indifféremment, tout-puissant : proprement quelconque est l'être qui peut ne pas être, qui peut sa propre impuissance.

Extrait n°5 : S'approprier les transformations historiques de la nature humaine que le capitalisme veut confiner dans le spectacle, faire que l'image et le corps se fondent dans un espace où ils ne puissent plus être séparés et obtenir ainsi forgé en lui ce corps quelconque, dont la physis est la ressemblance - tel est le bien que l'humanité doit savoir arracher à la marchandise sur son déclin.

Extrait n°6 : Cela signifie que l'analyse marxienne doit être intégrée, au sens où le capitalisme (ou quel que soit le nom que l'on veuille donner au processus qui domine aujourd'hui l'histoire mondiale) ne visait pas seulement l'expropriation de l'activité productive, mais aussi et surtout l'aliénation du langage lui-même, de la nature linguistique et communicative de l'homme, de ce logos auquel un fragment d'Héraclite identifie le commun.

Posté par isabeaudeloere à 10:59 - Livres - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 juin 2013

Enfance et histoire

Enfance et histoire (1978)

Enfance et histoire, de Giorgio Agamben, 1978.

Extrait n°1 : Mais cela signifie, étant donné la nature médiatrice de l'imagination, que le fantasme est aussi le sujet, et non seulement l'objet de l'éros. Dans la mesure, en effet, où l'amour trouve dans l'imagination son lieu unique, le désir n'est jamais confronté à l'objet dans sa corporéité (d'où l'apparent "platonisme" de l'éros des troubadours et du dolce stil novo), mais à une image (à un "ange", au sens technique que prend ce mot dans la philosophie arabe et la poésie amoureuse : imagination pure et séparée du corps, substantia separata qui par son désir met en mouvement les sphères célestes), à une "nova persona", littéralement faite de désir (Cavalcanti : "formando di desio nova persona"), en qui s'abolissent les limites entre subjectif et objectif, corporel et incorporel, désir et objet. Loin d'apparaître ici comme opposition d'un sujet désirant et d'un objet du désir, l'amour trouve, si l'on peut dire, son sujet-objet dans le fantasme : voilà ce qui permet aux poètes de le définir (en contraste avec un fol amour qui peut tout au plus consommer son objet, sans jamais vraiment s'unir à lui, sans jamais en faire l'expérience) comme un "amour accompli" (fin'amors), dont la jouissance est sans fin ("gioi che mai non fina"). Voilà ce qui les autorise, en liaison avec la théorie averroïste qui voit dans le fantasme le lieu où s'unissent l'individu singulier et l'intellect agent, à transformer l'amour en expérience sotériologique. Mais quand au contraire l'imagination se trouve exclue de l'expérience, pour cause d'irréalité, et quand elle cède sa place à l'ego cogito (devenu sujet du désir, "ens percipiens ac appetens", comme dit Leibniz), alors le désir change radicalement de statut ; il échappe par essence à toute satisfaction, tandis que le fantasme, jadis médiateur garantissant une possible appropriation de l'objet du désir (autrement dit, la possibilité d'en faire l'expérience), en vient à marquer l'impossibilité même de se l'approprier (de l' "expérimenter").

Extrait n°2 : Poser rigoureusement le problème de l'expérience, c'est donc fatalement rencontrer le problème du langage. Ici prend tout son poids la critique que Hamann adressait à Kant : une raison pure "élevée au rang de sujet transcendantal" et affirmée indépendamment du langage est un non-sens, car "non seulement toute la faculté de penser réside dans le langage, mais le langage est aussi au cœur du différend de la raison avec elle-même.

Extrait n°3 : Il apparaît alors que Lumignon touche juste, lorsqu'il nous suggère qu'entre le jeu et le sacré existe un rapport d'inversion. Le pays des jouets est un pays dont les habitants célèbrent des rites, ou manipulent des objets et des formules sacrées, dont ils ont pourtant oublié le sens et la fonction. Ne nous étonnons pas que cet oubli, que ce démembrement et cette inversion dont parle Benveniste, leur permettent aussi de dégager le sacré de tout lien au calendrier, comme  au rythme cyclique du temps dont il est la sanction, et leur donnent ainsi accès à une autre dimension du temps, où les heures passent "comme un éclair" et où les jours ne se suivent pas. Grâce au jeu, l'homme se délivre du temps sacré, pour l' "oublier" dans le temps humain.

Posté par PhilibertdePisan à 20:43 - Livres - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

25 juin 2013

Etat d'Exception - Homo Sacer, II, 1

Etat d'exception (2003)

Etat d'Exception, Homo Sacer, II, 1, de Giorgio Agamben; 2003.

Extrait n°1 : Prenons le cas de l'Etat nazi. Dès que Hitler eut pris le pouvoir (ou, comme on devrait peut-être le dire plus exactement, dès que le pouvoir lui fut livré), il promulgua le 28 février 1933 un "décret pour la protection du peuple et de l'Etat", qui suspendait les articles de la constitution de Weimar relatifs aux libertés personnelles. Le décret ne fut jamais révoqué, si bien que tout le troisième Reich peut être considéré, du point de vue juridique, comme un état d'exception qui a duré douze ans. Le totalitarisme moderne peut être défini, en ce sens, comme l'instauration, par l'état d'exception, d'une guerre civile légale, qui permet l'élimination physique non seulement des adversaires politiques, mais de catégories entières de citoyens qui, pour une raison ou une autre, semblent non intégrables dans le système politique. Dès lors, la création volotaire d'un état d'urgence permanent (même s'il n'est pas déclaré au sens technique) est devenue l'une des pratiques essentielles des Etats contemporains, y compris de ceux que l'on appelle démocratiques.

Extrait n°2 : Au sens technique, la république n'est plus parlementaire, mais gouvernementale. Et il est significatif qu'une semblable transformatio de l'ordre constitutionnel, aujourd'hui en cours à des degrés divers dans toutes les démocraties occidentales, bien qu'elle soit parfaitement connue des juristes et des politiciens, échappe totalement à la connaissance des citoyens. C'est justement au moment où elle voudrait donner des leçons de démocratie à des cultures et à de traditions différentes, que la culture politique de l'Occident ne se rend pas compte qu'elle a totalement perdu les principes qui la fondent.

Extrait n°3 : Ce que l' "arche" du pouvoir contient en son centre est l'état d'exception, mais c'est là essentiellement un espace vide, où une action humaine sans rapport avec le droit fait face à une norme sans rapport avec la vie. Cela ne signifie pas que la machine, avec son centre vide, ne soit pas efficace ; au contraire, ce que nous avons voulu montrer est précisément qu'elle a continué à fonctionner presque sans interruption à partir de la première guerre mondiale, à travers le fascisme et le national-socialisme, jusqu'à nos jours. L'état d'exception a même atteint aujourd'hui son plus large déploiement planétaire. L'aspect normatif du droit peut être ainsi impunément oblitéré et contre-dit par une violence gouvernementale qui, en ignorant à l'extérieur le droit international et en produisant à l'intérieur un état d'exception permanent, prétend cependant appliquer encore le droit. Il ne s'agit pas, naturellement, de ramener l'état d'exception à ses limites temporellement et spatialement définies, pour réaffirmer le primat d'une norme et de droits qui, en dernière instance, ont en lui leur propre fondement. De l'état d'exception effectif où nous vivons, le retour à l'état de droit n'est pas possible, puisque ce qui est en question maintenant ce sont les concepts mêmes d' "état" et de "droit". Mais s'il est possible de tenter d'arrêter la machine, d'en montrer la fiction centrale, c'est parce que entre violence et droit, entre vie et norme, il n'y a aucune articulation substantielle. A côté du mouvement qui tente de les maintenir à tout prix en relation, il existe un contre-mouvement qui, opérant en sens inverse dans le droit et dans la vie, tente chaque fois de dénouer ce qui a été artificiellement et violemment lié. Dans le champ de tensions de notre culture agissent donc deux forces opposées : l'une qui institue et qui pose, l'autre qui désactive et dépose. L'état d'exception constitue le point de leur plus grande tension et, en même temps, ce qui, en coincidant avec la règle, menace aujourd'hui de les rendre indiscernables. Vivre sous l'état d'exception signifie faire l'expérience de ces deux possibilités et, cependant, en séparant chaque fois les deux forces, tenter sans cesse d'interrompre le fonctionnement de la machine qui est en train de mener l'Occident à la guerre civile mondiale.

Posté par PhilibertdePisan à 20:23 - Livres - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
 
Anti-Terrorisme
Manifestations Monde en lutte Nos positions Soutien Tags cuisine TEFMORB Chants révolutionnaires Liens
« septembre 2019 
dimlunmarmerjeuvensam
1 2 3 45 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 1718 19 2021
22 23 24 25 26 27 28
29 30      
Flux RSS des messages
Flux RSS des commentaires