Amour, émeute et cuisine

Quelques pensées sur la civilisation, considérée dans ses aspects politiques, philosophiques, et culinaires, entre autres. Il y sera donc question de capitalisme, d'Empire, de révolte, et d'antiterrorisme, mais aussi autant que faire se peut de cuisine.

08 juin 2017

Les Bure'lesques

Festival les bure'lesques

Les Bure'lesques

du 11 au 13 août 2017

Posté par isabeaudeloere à 14:42 - Soutiens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

05 octobre 2016

Interdictions de manifester, comment les combattre ?

Interdictions de manifester, comment les combattre ?

à lire ici !

Posté par Leolonico à 12:19 - Soutiens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 juin 2016

Nous ne voulons pas l'ersatz et la migraine !

PDF ICI

De quelques considérations dans lesquels nous ne communiquerons pas sur la pseudo-violences de quelques manifestants lors de la manifestation parisienne du 14 juin 2016, mais où nous essaierons de contribuer modestement à la lutte en cours.


Une conscience sans scandale est une conscience aliénée.
G. Bataille, La littérature et le mal.

Nos seules manifestations, restant rares et brèves dans les premières années, voulaient être complètement inacceptables ; d'abord surtout par leur forme et plus tard, s'approfondissant, surtout par leur contenu.
G. Debord, Panégyrique


Exorde

Le haut degré de séparation/division entre les individus et l'objet de leurs « activités », entre les individus et la nature, et bien sûr entre les individus eux-mêmes, que les divers dispositifs de la domination marchande n'ont cessé d'imposer toujours plus profondément depuis plus de deux siècles, a commencé de vaciller ici et maintenant sur ses bases. La lutte « sociale » qui a débuté en France voici environ trois mois - et dont nous pouvons dire qu'elle s'inscrit, au moins partiellement, dans la continuité de celle qui en Grèce commença dans le courant de l'année 20091 - a d'ores et déjà en effet permis de rompre, quoique imparfaitement, avec un train-train quotidien mortifère où l'isolement de chacun ne l'enviait jamais en rien à la misère de cette survie qui, à peine assurée, était toujours de plus en plus connue de presque tous. Partout là où ne subsistait plus il y a peu qu'un sommeil peu reposant – tant il est vrai que le repos lui-même n'était plus guère consenti qu'à crédit -, reparaissent aujourd'hui la libre palabre et les débordements vitaux de la révolte.
Mais qu'un tel mouvement ait de quoi nous réjouir ne doit pas nous dispenser d'en observer en sus les limites et les failles ; la révolte n'est pas la révolution, moins encore l'assurance de sa victoire.


Nuit Debout

Ainsi avons-nous pu constater deux fâcheuses tendances lors des rassemblements dits de « Nuit Debout », deux fâcheuses tendances qui, à dire vrai, diffèrent bien plus quantitativement que qualitativement, puisqu'il est patent que si l'une apparaît le plus souvent à chaque fois qu'une grande quantité de personnes sont rassemblées, l'autre au contraire n'apparaît qu'au sein de réunions dont les participants vont s'avérer peu nombreux et, conséquemment, peu visibles.
La première tendance, qui consiste donc à multiplier inlassablement les assemblées générales et les votes, conduit nécessairement à reproduire ce qu'elle prétendait d'abord critiquer, en ceci qu'elle ne fait de toutes façons d'emblée qu'en reprendre les dispositifs pseudo-démocratiques réellement aliénés. Le vote, en effet, au contraire de la libre palabre évoquée ci-dessus, contraint souvent à des prises de décisions qui n'avaient rien d'indispensables et qui, de ce seul fait justement qu'elles n'étaient pas indispensables, s'avèrent fréquemment provoquer, à plus ou moins long terme, de la division ; laquelle division ne manquera pas bientôt de recréer les vieux clivages politiques nés de la falsification spectaculaire-marchande. De son côté, l'assemblée générale – qu'elle soit suivie d'un vote ou non -, d'être toujours déjà en elle-même une succession de courtes paroles écoutées sans répliques possibles ou presque, ne peut que finir en dernière analyse par générer chez la plupart des participants un ennui tel que l'épuisement ne tardera pas de les gagner bientôt. Comment, d'ailleurs, se pourrait-il qu'il en soit autrement pour des populations déjà si fatiguées par le système électif officiel qu'elles en sont heureusement venues à s'abstenir majoritairement d'aller aux urnes. Bref, à plus ou moins longue échéance, la forme « assemblée générale/vote » ne peut que finir par se coaguler en puissance abstraite-séparée répondant aux intérêts des quelques-uns sur place qui auront su, plus ou moins consciemment, faire accroire l'universalité de ces intérêts, ou défaire le mouvement en le replongeant dans le néant duquel il avait émergé.
La seconde tendance, qui n'exclut pas entièrement la première en tant au moins qu'elle ne s'affranchit pas toujours non plus du dispositif de la votation2, a toutefois de particulier ceci qu'elle s'apparente bien plutôt à des réunions « d'alcooliques anonymes » qu'à celle de conseils ouvriers ou de comités révolutionnaires. Non point fort heureusement qu'on s'y abstienne de boire pour y évoquer ses déboires avec la rinçonnette, mais on y expose à tour de rôle si volontiers ses névroses et indignations sui generis que parler là de simples conciliabules de « névrotiques anonymes » ne semble en rien outrancier. Or, quel que puisse être l'intérêt, parfois indéniable au sein d'un groupe et pour le groupe, de tels relations innervées de soi, l'expérience montre aussi combien de leur fastidiosité ne se dégage la plupart du temps que des silences gênés ; iceux silences ne manquent jamais de reléguer les meilleures aspirations révolutionnaires au mauvais rang de château en Espagne. En sorte qu'on n'aura toujours bientôt là encore d'autres choix que celui de retourner à la gestion neurasthénique de son frêle oikos, ou de se subsumer à nouveau sous une représentation séparée-abstraite. Et, tandis que la première tendance des « Nuit-Debout » permet au moins d'espérer générer l'existence d'un nouveau parti politique – cette coagulation en puissance abstraite-séparée répondant aux intérêts des quelques-uns sur place qui auront su, plus ou moins consciemment, faire accroire l'universalité de ces intérêts, tel que Syriza en Grèce ou Podemos en Espagne -, on n'aura ici d'autre espace politique où réassigner sa voix que sur l'un d'entre ceux qui font d'emblée partie de l'infrastructure marchande : le mélanchonisme, qui prépare, au cas où et comme ses coreligionnaires de Grèce et d'Espagne, la contre-révolution, risque fort en France de tirer dès lors son épingle du jeu.


Syndicalisme

Qui, cependant, continue de ne pas déposer son être sur le fond rogue d'un parti, trouve souvent, sur le chemin de sa révolte actuelle, divers syndicats l'invitant à se joindre à eux pour défendre ce qu'il est convenu d'appeler « les acquis sociaux » ou, selon une mode récente, « les conquis sociaux ». Mais - ainsi que nous l'avons déjà dit ailleurs - à quelques exceptions près, le syndicalisme, qui a toujours pris l'apparence de qui vise à améliorer la vie quotidienne, n'a réellement toujours déjà pour objet que le maintient de l'ordre existant ; la défense éternelle des « acquis » ou « conquis sociaux » ne dit d'ailleurs jamais rien d'autre que : - ce qui existe hic et nunc est bon, ce qui est bon existe hic et nunc ! En quoi le « there is no alternative » tatcherien ne serait pas loin, si n'était qu'il a toujours bien plus tâché d'atteindre à un ordre social existant augmenté3 plutôt que seulement stabilisé. Quoi qu'il en soit, la limite essentiel, à nos yeux, des syndicats, tient donc à ceci que l'idée de révolution leur est presque absolument étrangère4, et ce d'autant plus que leur structure interne, généralement proche de celle des partis politiques dits représentatifs, les invite à travailler d'abord comme ces derniers à maintenir leur propre existence, quitte à agir au contraire des intérêts de leurs adhérents.
Un syndicat, toutefois, ne trahit pas plus ses militants et sympathisants qu'un parti ses partisans et électeurs ; il est dans la nature même de tout organe hiérarchisé d’ouvrer prioritairement en faveur de sa hiérarchie. C'est pourquoi dans la lutte en cours il s'agit selon nous de ne s'associer au syndicats qu'avec parcimonie, lors des quelques moments où les intérêts des comités autonomes – lesquels devront toujours être anti-hiérarchiques dans leur forme comme dans leur contenu – se croisent avec les leurs.
Ne pas se diviser dans la bataille contre la domination ne signifie pas qu'il faille consentir à toute la vile industrie de tous ses ersatz, sans quoi nos lendemains risque une fois encore d'être faits de migraines.

Et c'est justement ce à quoi répond notre soi-disant violence qui, pour autant qu'elle ne veut plus du monde renversé n'en veut ni l'ersatz ni la migraine. Le pouvoir n'est pas à prendre, il est à détruire !

A bas le travail
A bas l'argent
A bas l'Empire-marchand

VIVE LA COMMUNE


Comité A.E.C, le 15 juin 2016


Notes

1 – Que l'amorce de cette lutte fût bientôt l'occupation de quelques places publiques en témoigne suffisamment - Voir à cet égard notre texte La contre-insurrection qui vient, modestes propos sur la situation grecque. (http://ecoeuretcuisine.canalblog.com/archives/2015/05/04/31999592.html#comments)

2 – Votation ici plus dénuée encore de tout impact concret, pratique, tant le petit nombre de participants la voue aussitôt à sombrer dans le néant de la parole en l'air, où seule l'autosatisfaction d'avoir apparemment su décidé de quelque-chose – mais quoi – autorisera enfin chacun à retourner souriant à la gestion de son oikos intime.

3 – Nous parlons ici « d'ordre...augmenté » comme on parle ailleurs, chez les imbéciles transhumanistes pour être précis, « d'Homme augmenté ».

4 – Que la plupart des syndicats soient pour une bonne part financés par l’État en dit suffisamment long sur ce point.

 

detruisons-ce-qui-nous-detruit

 

 

04 juin 2016

Informations concernant Rennes, début juin 2016

N. B. Nous produisons ce second communiqué, un mois après le premier, avec ce double but inchangé : informer de ce qui se passe, ici à Rennes, tous les gens de l’entourage de Pontcerq, proche ou lointain ; appeler qui peut et veut, dans ce même entourage, à rejoindre ou soutenir par quelque biais que ce soit l’occupation à venir – d’où s’organiser.

 

Informations concernant Rennes, début juin 2016

La lutte contre la loi « travail » se poursuit, à Rennes comme ailleurs en France.
Le mouvement rennais tire sa force d’une rencontre entre le milieu autonome et le milieu syndical : des liens se créent – que la répression policière et judiciaire ne déchirera pas. Le lieu de cette rencontre a été la Maison du peuple, ancienne maison des Syndicats, occupée le 1er mai – et évacuée par le RAID le 13. Une nouvelle occupation a réussi le 27 – une manifestation de l’AG interpro parvenant à entrer de nouveau dans son lieu. Mais dimanche, nouvelle évacuation par la police. Depuis, mairie et préfecture ont pris la décision de murer l’endroit au parpaing. (La Maison du peuple, vide, fait un trou au milieu du centre de la ville.) Le pouvoir craint cette rencontre, rencontre de la nuit et du syndicat ; alors il explique que le syndicat est seul ; que l’autonomie est seule ; que la CGT est seule ; que le casseur, qui brise la vitrine de la banque, est seul ; que tout le monde est seul ; que la nuit même est seule. Mais personne n’est plus seul dans ce mouvement. Personne n’était seul dans la maison occupée. L’AG Interpro qui, faute d’autre lieu pour l’instant, en attendant tient séance au Thabor, parc de la ville, a tenté mardi dernier d’investir un nouveau lieu : un espace culturel, l’hôtel à projets Pasteur, sur les quais de la Vilaine : lieu semi-institutionnel dédié à « l’expérimentation artistique et politique ». Les artistes ont accueilli les manifestants – et les ont protégés et cachés, quand cela a été nécessaire. Car la police est entrée aussitôt : elle a frappé aussitôt – violemment, et a fait évacuer le lieu, aussitôt. La Mairie et la préfecture cherchent à empêcher qu’un lieu de rencontre se fasse : une scène, un Aventin. [« Des abeilles chassées d’une ruche qu'elles avaient enrichie de leur travail, forment une nuée vivante, qui va se condenser autour de l’autel de Jupiter Elicius, sur l’Aventin. » (Balanche-Plébifugue)]
La police frappe très dur (cela a surpris les artistes, présents à l’espace culturel Pasteur lors de la charge). Mais la Justice, derrière, ne lui cède en rien. Le sens de la mesure est perdu : à Rennes, vingt jeunes militants sont mis en examen (suite à une action dans le métro) ; quatre autres ont été interpellés dans un restaurant pour une cause absolument anodine : un camarade de 19 ans est en prison – trois mois fermes...
Nous, Pontcerq, simples fabricants de tracts et de livres, faisons circuler ces petits papiers volants, et d’autres bientôt – ou les collons dans les dos, pour qu’ils aillent où ils ont à aller. (série des libelles d’Hebel 1, 2, 3, 4, 5). [« Voilà les histoires de Hebel. Elles ont toutes un double fond. » (W. Benjamin)] Et puis aussi, nouvellement, l’étincelle folle de Pierre Roux, à jeter joyeusement. [« Décharge, point de lumière, âme d’être, cep, bataillon, levier, plumule, flèche d’or, pollen… ! »]
C’est en signe de soutien, ferme, enthousiaste, joyeux, décidé, à ce mouvement rennais !

PONTCERQ

Posté par PhilibertdePisan à 09:16 - Nos positions - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 novembre 2014

Chanson modeste écrite pour les luttes ici et maintenant !

Détournement de la chanson "Mai 68", de Jean-Michel Caradec : La branche a cru dompter ses feuilles / Mais l'arbre éclate de colère / Ce soir que montent les clameurs / Le vent a des souffles nouveaux / En province de France / La clown est montée sur les pierres / On l'a mise au pénitentiaire / Je crois qu'elle s'appelait Silvia / Tout le monde ne peut pas s'appeler Carla / En province de France / Et le sang des gars du Testet hier / A fait l'amour avec la terre / Et fait fleurir les oripeaux / Le sang est couleur du drapeau / En province de France / Et plus on viole Notre-Dame / Plus Des-Landes est Chemin des Dames / Plus Gaillac ressemble à Dachau / Et moins nous courberons le dos / En province de France / Perché sur une barricade / L'oiseau chantait sous les grenades / Son chant de folie était beau / Et fous les enfants d' lair'debau / En province de France / La branche a cru dompter ses feuilles / Mais elle en portera le deuil / Et l'emportera au tombeau / Demain ne fera pas cadeau / En province de France.

Posté par isabeaudeloere à 13:09 - Chants - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 septembre 2014

ZAD du Testet : Communiqué du Collectif des Bouilles

Communiqué du Collectif des Bouilles : le déboisement a commencé:

Collectif Tant qu’il y aura des bouilles

Lisle-sur-Tarn, le 2 septembre 2014

Au Testet, les aménageurs s’enferment dans la confrontation. La lutte continue et se renforce. Lundi matin 1er septembre, le déboisement a commencé sur la ZAD du Testet. Des chênes et des hêtres ont été abattus sur une petite parcelle, sous protection dense de 200 gendarmes mobiles, PSIG et brigade canine, pour certains venus de Paris. Ils ont subi un harcèlement constant par des clowns, zadistes, paysan.ne.s, révolté.e.s de tous bords. La répression a été plus brutale que lors des confrontations précédentes. Mardi matin, les forces de l’ordre sont de retour avec des engins de chantier.

Ces nouveaux événements démontrent le mépris que Conseil Général du Tarn entretient pour le dialogue et pour les opposant.e.s. Il s’agit d’un passage en force que nous condamnons. Ce comportement nourrit la rage, y compris chez les opposant.e.s les plus pacifistes, et légitime pour tous des actions de plus en plus radicales. L’impression partagée est que se faire entendre nécessite de monter encore les enchères.

Vidéos

 

ZAD du Testet, le 1/09/2012, le déboisement commence

 

La lutte de Sivens : ZAD du Testet, barrage de Sivens, le film

 

ZAD du Testet, le 1/09/2012, le déboisement commence 2

 

ZAD du Testet, le 1/09/2012, le déboisement commence 3

 

ZAD du Testet, le 1/09/2012, le déboisement commence 4

voir aussi :

 "La ZAD du Testet, dans le Tarn, est expulsée, l'occupation continue"

"Collectif pour la sauvegarde de la zone humide du Testet"

Posté par isabeaudeloere à 15:46 - Monde en lutte - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

01 octobre 2013

Ne vivons plus comme des esclaves (Yannis Youlountas, 2013)

"NE VIVONS PLUS COMME DES ESCLAVES"

un film de Yannis Youlountas

(réalisé en 2013)

Posté par PhilibertdePisan à 19:41 - Films - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

26 novembre 2012

Matériel de lutte : Affiches, tracts et deux ou trois autres choses pouvant s'avérer utiles !

Carré AffichesCarré Tracts & cartes postalesCarré BrochuresCarré RevuesCarré LivresCarré FilmsSubstances artisanales

Posté par isabeaudeloere à 10:36 - Matériel de lutte - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

17 novembre 2012

BANC EXPROPRIAT

 Banque expropriée Barcelone

Réappropriation d'une succursale bancaire à Barcelone, transformée par des habitants/occupants en atelier, bibliothèque, dépôt de vêtements et lieu de débats.

Posté par isabeaudeloere à 09:08 - Monde en lutte - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

16 juin 2012

Solidarité avec le peuple espagnol en lutte !

Solidarité avec l'espagne2net

Cliquez sur l'image pour avoir le PDF de l'affiche

Posté par isabeaudeloere à 09:05 - Monde en lutte - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
 
Anti-Terrorisme
Manifestations Monde en lutte Nos positions Soutien Tags cuisine TEFMORB Chants révolutionnaires Liens
« juillet 2017 
dimlunmarmerjeuvensam
      1
2 345 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 1718 19 20 21 22
23 24 25 26 27 28 29
30 31      
Flux RSS des messages
Flux RSS des commentaires