Amour, émeute et cuisine

Quelques pensées sur la civilisation, considérée dans ses aspects politiques, philosophiques, et culinaires, entre autres. Il y sera donc question de capitalisme, d'Empire, de révolte, et d'antiterrorisme, mais aussi autant que faire se peut de cuisine.

18 juin 2019

Encore un peu

Encore un peu

de H-Tône (2019)

Posté par isabeaudeloere à 08:45 - Chants - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 janvier 2019

Gilets jaunes clip officiel D1ST1

Gilets jaunes

clip officiel D1ST1 (2019)

La rage du peuple J'la vois tous les samedi On n'a plus un franc plus d'quoi remplir un caddy Chaque fin de mois on crève la dale J'te parle pas d'appétit Il suffisait de quelques gilets jaunes pour que petit à petit on s'bouge On s'mobilise Que la France s'organise qu'on soit tous dans les rues et puis que l'Elysée balise On veut pouvoir créer des lois Ou bien les contester Le boycott dans les médias nous empêche de manifester Ils disent que le mouvement s'essouffle Alors qu'on crève tous de faim Pour comprendre qu'ça va péter y'a pas besoin d'être devin On bloque les raffineries Les péages Les flics nous dégagent Et j'peux te dire qu'ils ont la rage Ils poussent des cris quand ils nous chargent Et le samedi au centre-ville Tout c'que j'vois ça me régale J'vois tout le monde s'organiser Même si tout l'monde est dans le mal J'vois tous les gens Casqués Equipés d'un masque à gaz Prendre des boucliers Venez on les écrase J'vois des anciens des jeunes Des femmes Des tirs de fumigènes Des barricades Des flammes De l'autre côté J'vois que des civils Des flics des CRS nous chasser de la ville Ils veulent pas qu'ça s'envenime Ils veulent pas que ça se sache Qu'une fois la nuit tombée Ca devient une partie de cache-cache Ils attendent bien qu'on soit tous regroupé Enfants en bas age personnes agées Ils en profitent pour tout gazer / ... / Dans les placards des gilets jaunes y'a que des battes Derrière les barricades les vitrines de banques éclatent Ils nous prennent en étau Nous coincent dans des petites rues Escaladent les jardins des voisins Pendant qu'ils nous tirent dessus C'qui s'passe c'est fou J'sais pas si tu réalises Ils tirent sur nous mais aussi sur les médics et les journalistes Et moi j'te dis qu'ta hure C'est pas la tienne c'est la notre Mais que ta dictature On n'en veut plus chez les votres Et quand tu t'trouves là planté devant les flics Et qu'tu les vois matraquer des gens Comment rester pacifique Et puis Quand t'es En plein milieu d'la manif Et qu'tu vois les flics se pointer Deux minutes après tu vois passer des visages ensanglantés Comment rester calme Pas leur sauter dessus Quand ils sont dix à tabasser une femme Et qu'elle n'a pas d'issue Et j'ai un truc A dire A tous les pacifistes Si ils le sont encore c'est qu'ils sont pas vraiment dans les manifs J'ai vu le gars à côté d'moi se prendre un flashball en pleine tête Je vois qu'le sang des gilets jaunes coulé C'est bien ça qui m'embête J'vois tout le monde Jeter des pavés Sur les banalisés Le peuple avec un manie-tout casser les portes de l'Elysée Mais y'a aussi Des flics déguisés Aux matraques aiguisées Qui s'font passer pour des casseurs Et puis qu'y attendent de d'faire glisser Mais j'vois aussi Des gens faire demi-tour plus que déter Et charger l'escadron Pour libérer un gilet jaune à terre C'est la guerre Et c'est pas BFM qui va vous l'dire Car elle me paraît être La marionnette Du mal qui l'inspire Et j'en profite Pour dire à tout le monde de pas lacher C'qu'on a lancer s'est propagé dans l'monde entier Faut qu'vous l'sachiez C'est la révolution On devient tous détraqué Macron est comme une allumette Il est à deux doigts d'craquer...

Posté par isabeaudeloere à 13:36 - Chants - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

21 juin 2018

Ennemi de l'ordre

Ennemi de l'ordre

de Casey (2009)

[Intro]
Je veux mordre car tout m’emmerde / Me porte à croire qu’on me pousse à perdre / Seul m’importent mon verbe et ma horde / Je suis à vie l’ennemi de l’ordre

[Couplet 1]
C’est moi l’ennemi, moi qui suis malmené / Mal aimé et qu’on a surnommé le mal incarné / Qu’on a berné toutes ces années / L’indigène à qui on aime mener une chasse acharnée / Mes chances de survie sont en sursis / Mon avenir est proche de l’asphyxie / Car le pouvoir s’est fixé le devoir de hisser / Des remparts autour des peaux noires et métissées / Je suis le souci de l’ordre établi / L’ombre au tableau quand la presse publie / Et si ce bled faiblit je deviens l’alibi /Et le blé fait faux bond donc ça sent bon la xénophobie / On aime m’accabler, et devant sa télé / Le peuple attablé chaque soir est comblé / Je fais peur et trembler les médias rassemblés / Je suis capable du pire, coupable d’emblée

[Refrain] Moi l’ennemi d’l’ordre, je me méfie quand on m’aborde et ne me fie qu’à ma horde. On m’a ordonné d’perdre mais j’ai choisi d’mordre / Vu qu’on m’accorde l’échec ou la corde

[Couplet 2]
Je suis une menace et une nuisance / A l’évidence la délinquance en puissance / Coriace sous la cuirasse, tenace dans la démence / D’une extrême virulence, sans classe et élégance / On discute de ma jeunesse, mon impatience / Mon faciès, mes prouesses, mon inconscience / On appelle la science qui dissèque ma race / Mes rues, toits et taudis qui embarrassent / J’ai les pires tendances. Je suis de la pire espèce / On dit que je casse et agresse dans l’allégresse / Que je transgresse et agace en état d’grâce / Qu’apparaissent stress et détresse là où je passe / Que seule m’intéresse la paresse, que j’ignore la tendresse / Que j’adore ajouter des crimes à mon palmarès / Que c’est avec le poing que la police me dresse / Et qu’au-delà du périph’ nord se trouve mon adresse

[Refrain]
Moi l’ennemi d’l’ordre, je me méfie quand on m’aborde et ne me fie qu’à ma horde. On m’a ordonné d’perdre mais j’ai choisi d’mordre / Vu qu’on m’accorde l’échec ou la corde

[Couplet 3]
Je n’ai pas l’air qu’on tolère / J’ai l’allure abonnée aux bas salaires / La couleur qui ne connaît que la colère / Et pour l’heure j’ai la figure accolée au malheur / J’endure brûlures, mollards et procédures / Parcours au radar, miradors et coups durs / Le refus des videurs et les règles en vigueur / Le mépris des leaders, les lois et les rigueurs / C’est la guerre contre moi et pour la gloire / Je suis contrariée, sans emploi ni espoir / Et les hautes sphères conspirent, s’entêtent et aspirent / À pourrir jusqu’à l’atmosphère que je respire / Et l’Ordre veut me mordre / Me tendre un piège énorme et puis me tordre / M’aborde avec une potence et une corde / Et avance que désormais c’est la chance qu’il m’accorde

Posté par isabeaudeloere à 16:10 - Chants - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 février 2018

Ni Dieu Ni Maître

Ni Dieu Ni Maître

du groupe La Canaille (2009)

Posté par Leolonico à 09:23 - Chants - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 janvier 2018

Pourquoi et comment agir contre la pub ?

Mardi 16 janvier 2018

à La Gueule Noire (16 rue du Mont, 42000 St-Étienne) à

19h

Pourquoi et comment agir contre la pub ?

 

Résistance à l'Agression Publicitaire (R.A.P.) est une association française créée le 20 juin 1992. L'association a pour objet principal de lutter contre les effets négatifs, directs et indirects, des activités publicitaires sur l'environnement et les citoyens.

Khaled Gaiji (Membre de R.A.P.) animera cette première réunion sur Saint-Étienne dans le but de constituer un groupe local antipub.

Plus d'info sur antipub.org)

Posté par Leolonico à 17:04 - Soutiens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

03 juillet 2017

Bousille le

Bousille le

de H-Tône (2016)

Posté par PhilibertdePisan à 10:06 - Chants - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 août 2016

Collectif Mary Read !

"Faudra bien" / "5000 ans d'erreurs" / "Sous la lune noire" / "Après le début du specatcle" / "Hymne à la mort" / "Overdose" / "Existence profane" / "M.A.R.Y.R.E.A.D." / "Sûr que le futur nous irrite" / "Comme un relent de carnage" / "Dans l'ombre de l'histoire" / "Notre univers" / "Obscures hantises" / "En vie - épilogue" / "Sous contrôle" / "Subversion contre surveillance" / "Témoins"

Collectif Mary Read

Posté par PhilibertdePisan à 11:40 - Chants - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 avril 2012

La Rumeur

la-rumeur_logo

Posté par PhilibertdePisan à 19:58 - Liens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

23 avril 2010

Concert de soutien à l'Université Solidaire

affiche_29_avrilblog

Posté par isabeaudeloere à 09:56 - Soutiens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 août 2009

On frappera

On frappera - La Rumeur (2002) :  [Hamé] Avec nos fronts en fièvre, avec nos poings en grève et un vacarme d’armes à bâillonner les chiens de garde du palais, avec une étincelle frêle aux coins des lèvres sur une mare noire de kérosène, avec des plages pleines du sang séché de nos veines, avec un incendie au cœur et la mémoire de la sueur, avec le talon fier plein de poussière et la musique éclair du revolver, quand elle rythme la fuite des pitres sous les jupons de l’institution, avec des torches rallumées au lendemain des massacres, et puis, les vapeurs âcres qu’exhalent nos plans d’attaque en bouillant dans le cloaque, avec un goût prononcé pour la poésie du fond des mines et un faible avéré pour la nitroglycérine, avec les plans du bâtiment plus les chiffres-clés des codes d’accès, avec le "rass", avec les dents, avec finesse, avec du temps, avec ou sans l’aide du ciel mais avec toi, lui et elle : On frappera

[Philippe] Sur ma vie, sur ma tête, que les porcs restent à l’abri, je te rassure pour le bain de sang par terre, comme j’ai bien appris mes leçons de guerre, sur ta patrie on frappera, mes soldats en batterie. Stratégiquement sur la SNCF quand, dans mes rangs, la haine s’élève pour effacer le sourire sur ses lèvres, on frappera et on fera pas de prisonniers. Que les volontaires viennent se désigner ! Y’aura plus de secours, plus de ligne de téléphone, sur les postes de police, poste et télécoms. On frappera surtout sur la capitale, sur toutes ses fonctions vitales et on fera pas dans le détail. Et on dansera sur les ruines de ces belles vitrines et, à notre passage, tu pourras compter les victimes. Barricades, barrages partout sur Paris, partout sur la ville que de la barbarie. Reçus 5 sur 5, on tient le siège d’ici au palais de justice et, pour ces briseurs de rêves, y’aura pas d’armistice dans ces zones sinistrées, appelle tes militaires pour aider les "kisdés". On frappera

[Ekoué] Toujours la main sur le cœur pour palper l’acier dans la poche intérieure de mon bombardier, on frappera même au sol pour un regard, une parole, la sanction tombe sans discuter une plombe. Pour ce genre de nègres qui, pour paraître plus intègre, se désintègre - c’est le cas de le dire - pour embrasser le cul de la patronne, plus rien ne m’étonne. Comme des merdes de chien et pour des miettes de pain, on frappera, on fera la misère pour combler soit-disant notre absence de repères, pour qu’on en vienne à des méthodes à l’ancienne, en pleine période de vache maigre pour qu’on nous lâche du blé, pour qu’on nous lèche les pieds, sous la menace d’un ou plusieurs colis suspects. La douce France couche pour de l’oseille, et partout en Afrique je ferai courir le bouche-à-oreille. On frappera, on forcera les serrures des portes blindées et cadenassées de la préfecture pour, qu’enfin, les "zinclars" en galère de papelards s’offrent le plus beau des mariages blancs, pour ne rien laisser au hasard mais tout en bazar, juste pour crever l’écran. On frappera.

Posté par Leolonico à 18:24 - Chants - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
 
Anti-Terrorisme
Manifestations Monde en lutte Nos positions Soutien Tags cuisine TEFMORB Chants révolutionnaires Liens
« octobre 2019 
dimlunmarmerjeuvensam
  1 2 3 45
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31   
Flux RSS des messages
Flux RSS des commentaires