Amour, émeute et cuisine

Quelques pensées sur la civilisation, considérée dans ses aspects politiques, philosophiques, et culinaires, entre autres. Il y sera donc question de capitalisme, d'Empire, de révolte, et d'antiterrorisme, mais aussi autant que faire se peut de cuisine.

12 novembre 2018

Bure : soutenir une oeuvre de "malfaisance"

Faire un don à la caisse de solidarité CACENDR pour les procès et les malfaiteurs-trices de Bure

Bure, nous abattons des murs

Bonjour à toutes et à tous,

Tout d'abord un grand merci pour votre généreuse solidarité depuis tant d'années en ce qui concerne les soutiens de longue date de notre association Cacendr et à vous qui, plus récemment, nous avez apporté votre aide financière pour faire face aux frais entraînés par l'opération du 20 juin 2018 avec sa série de perquisitions, de gardes à vues, de convocations...

Que se passe-t-il depuis juin ?
Comme vous avez pu le constater récemment dans quelques médias, la répression continue de manière exacerbée à Bure qui nous semble être devenu un nouveau laboratoire répressif pour asphyxier physiquement, moralement et financièrement les opposant-es :

BURE : Il est jugé sans être averti de son procès

Plus de 150 organisations maintenant ont signé un appel "à une réaction massive face à la criminalisation de la lutte contre Cigéo à Bure" :

Tribune des associations, collectifs et habitant-es en lutte contre la poubelle nucléaire CIGEO,

Depuis juin, nous tentons de nous ré-organiser, de retrouver des espaces où militer collectivement : il nous est difficile de nous réunir car ce sont, à présent, 10 personnes, dont 7 sont mises en examen, qui sont concernées par l'interdiction de se parler : l'obligation du contrôle judiciaire de "s"abstenir de rentrer en relation". Comme il est dit dans ce texte : nos amitiés militantes sont criminalisées sous la forme de l'accusation fourre-tout "association de malfaiteurs".

La répression sur place à Bure et dans ses environs par une présence constante et importante du dispositif de gendarmerie, dont une base est installée au sein même du laboratoire de l'Andra, continue, provoque, harcèle et amène à des procès pour un oui et surtout pour un non.

Et la lutte ?
Nous ne lâchons rien ! Nous sommes des militant.es contre le nucléaire (et son monde) et nous savons qu'en ce moment, plus que jamais, si le monstre abat sa répression ainsi sur nous, c'est bien parce que la logique sécuritaire des États les amène à vouloir régler les problèmes par la force - misère, migration, exploitation salariale, opposition politique - et également parce que l'industrie atomique est à l'agonie - en grande perte de vitesse au niveau international, le nucléaire est devenu obsolète, has-been.

Il n'y a que la France pour continuer à le développer, soutenu par un gouvernement pro-nucléaire, tête baissée et bornée, qui essaye de passer en force la poursuite du programme nucléaire français (civil et militaire) pour les 30 années à venir, et, par conséquent, imposer la réalisation de Cigéo.

Notre combat ne s'arrête donc pas : nous appelons à boycotter le nouveau faux-débat public qui aura lieu en 2019 concernant le PNGMDR ( = au choix Plan National de Gestion des Matières et Déchets Radioactifs ou Persévérer à Nuire en Générant des Merdiers Radioactifs) et à organiser des actions de boycott et des débats nous-même dans nos rues, dans nos associations, dans nos familles !

Et face à la répression ?
Pendant ce temps, les personnes prévenues agissent contre la répression, notamment dans le cadre de l'instruction :

- elles ont fait appel de leur contrôle judiciaire : rejeté le 22 août, alors elles se sont pourvus en cassation : audience le 14 novembre.

- elles ont demandé la copie de leur dossier des milliers de fichiers (!) qu'elles ne peuvent consulter qu'au cabinet de leurs avocat.es : copie refusée le 2 octobre. L'appel est en cours.

- elles ont donc fait des aller/retour vers Paris/Lille (où exercent leur avocat.es) pour consulter et commencer à étudier ce dossier faramineux d'élucubrations policières et judiciaires en tout genre.

- leur 7 avocat.es ont commencé à travailler sur les nullités qu'il faut avoir purgées avant décembre (c'est-à-dire pour faire simple, soulever toutes les fautes de procédure qu'il pourrait y avoir dans le dossier).

- d'autres avocat.es pourraient encore les rejoindre tant la tâche est colossale et le dossier symbolique et symptomatique de la répression à l'égard des opposant.es politiques à ce gouvernement et son monde nucléarisé.

Côté finance, en ce qui concerne l'instruction, nous avons déjà versé plus de 4 000 € à nos avocat.es, bientôt vont venir les frais du pourvoi en cassation, c'est-à-dire plusieurs milliers d'euros.

Et nous ne sommes qu'au début de l'instruction...

C'est pourquoi, nous relançons un appel à votre générosité pour soutenir la caisse anti-rep qui est donc gérée, bénévolement, par Cacendr. Cet argent servira pour l'instruction mais également pour financer les avocat.es de tous les autres procès en cours à Bure, comme à soutenir celles et ceux de nos camarades déjà derrière les barreaux de la répression...

Heureusement, l’État nucléaire et policier possède un pouvoir en partie limité par son organisation fortement hiérarchisée et bureaucratique avec ses contradictions internes, ses erreurs (qui peuvent aussi être en notre faveur), ses lenteurs... mais il ne tombera certainement pas tout seul.

Face à la répression, tous vos gestes de solidarité financière ou par un simple message, un rassemblement, la poursuite de la lutte en rejoignant un comité de soutien nous apportent chaleur, joie, force et courage :

MERCI !

Pour collecter, pour nous soutenir, pour lutter avec force, rage et joie, continuons d'organiser des bals, concerts et autres guinguettes de malfaiteurs et malfaitrices : dansons contre la répression !

Pour voir l'article sur sa page d'origine, c'est  ICI !

Posté par isabeaudeloere à 12:43 - Soutiens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Appel à soutien

INFO ET APPEL À SOUTIEN
APRÈS NOTRE LOURDE CONDAMNATION

Appel à soutien Yannis et Jean-Jacques

Encore un grand merci pour votre soutien durant le procès insensé que nous ont intenté les fascistes de Defend Europe, suite à leur expédition anti-migrants à bord du navire C-Star en été 2017. Grâce à vous, notre comité de soutien a pu prendre en charge l'essentiel des frais de Justice en première puis en deuxième instance.

Malheureusement, le jugement du procès en appel vient de tomber comme une enclume : nous sommes lourdement condamnés, tous les deux, et ce, pour tous les chefs d’accusation ! Tous les détails sont ici :
http://blogyy.net/2018/11/05/appel-a-soutien-pour-se-pourvoir-en-cassation/

Outre 4 mois de prison avec sursis pour Jean-Jacques (complètement démesurés), nous sommes tous deux condamnés à payer près de 10 000 euros (en plus des frais de Justice des deux procès).

Dans ce contexte, nos moyens personnels étant très modestes, nous avons tout d'abord pensé impossible d'assumer de surcroît un pourvoi en cassation.

En effet, l'ensemble des frais pour partir en cassation s'élèvent également à 10 000 euros (pour tous les deux), alors que nous n'avons pas d'argent et que nous allons devoir trimer et vendre des babioles pour payer nos condamnations.

Cependant, ces derniers jours, notre comité de soutien et nos camarades du collectif Defend Mediterranea (qui a réussi à mettre en échec l'expédition Defend Europe en Méditerranée, avec d'autres) nous ont convaincu de nous pourvoir en cassation en faisant le pari que votre solidarité sera à nouveau au rendez-vous pour cette dernière manche.

C'est pourquoi vous trouverez ci-dessous les coordonnées bancaires de notre comité de soutien pour participer (par chèque, virement ou pot commun), si vous voulez nous soutenir dans cette ultime épreuve (encore merci à nos mandataires financiers Annick et Éric Sirvin avec le soutien technique de l'association Cercle des poètes tarnais, sans oublier Maud et Sandrine).

POURQUOI TENTER DE GAGNER
EN CASSATION EST-IL SI IMPORTANT ?

L’enjeu principal, ce n’est pas notre honneur, ni l’annulation des sommes à verser à nos ennemis.

L'enjeu principal, c’est l’idée qu’on se fait, vous et nous, de la vérité et de la justice. Notre procès en appel a été honteux, sur le fond comme sur la forme, au point que, de l'avis de tous, Yannis a été privé du droit de se défendre équitablement :
http://blogyy.net/2018/09/17/un-proces-bizarre-et-un-verdict-qui-sera-rendu-le-22-octobre/​

Ensuite, il est impensable de laisser le moindre bout de terrain à ces énergumènes, même au sein de ces palais de marbre dans lesquels on ne se sent pas franchement à notre place. En rester là, ce serait admettre qu’on puisse inverser les rôles, alors que c’est inadmissible : ce sont eux qui ont formenté le projet sordide d’empêcher le sauvetage d’adultes et d’enfants en danger de mort en Méditerranée, pas nous ! Ce procès est complètement kafkaïen !

Pour finir, si la condamnation de Yannis pour le qualificatif « nazi » (l'un des chefs d'accusation le concernant) se confirmait, c’est-à-dire sans cassation, cela ferait jurisprudence dans d’autres affaires en cours ou à venir. C’est donc aussi pour d’autres personnes concernées que nous devons contre-attaquer, en espérant parvenir à couvrir les frais.

Nous faisons donc appel à votre solidarité, une dernière fois, dans notre bras de fer judiciaire contre ces dirigeants fascistes.

TROIS FAÇONS POSSIBLES
POUR NOUS SOUTENIR

1 - participer au pot commun sur le site dédié : https://www.lepotcommun.fr/pot/hvfshv5n

2 - envoyer un chèque à l’ordre du Cercle des poètes tarnais (ne rien ajouter sur l’ordre) à l’adresse suivante : ANEPOS, Solidarité avec Yannis et Jean-Jacques, BP 10, 81540 SORÈZE

3 - faire un virement au Cercle des poètes tarnais en mentionnant Solidarité avec Yannis et Jean-Jacques dans le libellé.
IBAN : FR48 2004 1010 1606 9098 3K03 727
BIC : PSSTFRPPTOU

Une pensée également pour les 7 de Briançon qui seront en procès à Gap ce 8 novembre, pour Cédric Herrou et pour les autres poursuivis présents ou futurs.

On ne baisse pas les bras !

Solidairement,

Yannis et Jean-Jacques

CQFD : en cas de surplus, le solde serait évidemment reversé à des associations d’aide aux migrants et réfugiés.

Posté par PhilibertdePisan à 10:13 - Soutiens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

30 octobre 2018

Bure - 10 novembre : Appel à organiser les premiers "Bals des malfaiteurs" partout !

Bure - 10 novembre : Appel à organiser les premiers "Bals des malfaiteurs" partout !

À DIFFUSER PARTOUT ! Un appel à actions décentralisées samedi 10 novembre (lire ci-dessous), pour commencer à reprendre la main et faire corps partout contre la répression délirante qui s'est installée à Bure, quelques jours avant une audience en Cassation autour des contrôles judiciaires de l'association de malfaiteurs ! Retrouvons nous tous-tes le samedi 10 novembre pour des premiers bals des malfaiteurs sur les places et/ou devant les tribunaux !


À diffuser également :

- "Bure : malfaiteurs ? Alors j'en suis!" : un premier texte d'analyse et d'explication de l'association de malfaiteurs
- "Nous ne serons pas les prochain-e-s !" : un appel à ne plus courber l'échine, partout en France et ailleurs, face aux stratégies de criminalisation et de paralysation des résistances



Nous avons clamé que nous ne serions pas les prochain.es  à subir la répression, à Bure comme ailleurs. Il est temps maintenant pour nous de reprendre la main et de nous retrouver dans la rue. En fin de journée du 10 novembre, au cœur de l’automne d’une année cousue et décousue par l’infernal tandem macronien de la concertation et de la répression, nous proposons de faire émerger et rejoindre les premiers bals des malfaiteurs. Esquissons ensemble ce premier pas de danse, et gageons qu’il y en aura d’autres !

Ce samedi 10 novembre, nous voulons en faire un temps fort, partout en France et ailleurs, pour se ressaisir d’une longue séquence répressive qui dure depuis plusieurs mois à Bure et qui se cristallisera quelques jours après : le 13 novembre, avec le délibéré de l’ubuesque et scandaleux procès du 16 octobre qui sera rendu par le Tribunal de Bar-le-Duc ; et surtout, le 14 novembre, avec une audience décisive à la Cour de Cassation pour exiger la levée des contrôles judiciaires de 5 personnes mises en examen pour « l’association de malfaiteurs » à Bure.

Un « contrôle judiciaire » ce sont des mesures créées en 1970 dans le droit français, pour qu’un juge puisse mieux garder la main sur des personnes suspectées. À Bure depuis leur mise en examen ou sous statut de témoin assisté dans l’instruction pour « association de malfaiteurs » en juin 2018, dix personnes – ami-e-s, camarades de lutte, membres d’associations – sont bannies de différentes portions du territoire meusien ou haut-marnais, pour certain.e.s interdites de sortir de France et... tout bonnement interdit-e-s de se voir et se parler ! Pour plusieurs années, tant que durera l’instruction. Le motif avancé ? Éviter qu’elles puissent harmoniser leurs versions des faits reprochés. La justice s’arroge donc le pouvoir de ruiner une relation entière pour éviter une petite discussion suspecte. Elle tue des amitiés pour contrôler un procès.

Calculer chaque déplacement et chaque rencontre, mettre en place des « gardes alternées » absurdes à chaque réunion, raser les murs la boule au ventre pour éviter de croiser une personne qu’on aime et ne pas nourrir les fantasmes policiers de la « cellule Bure », s’isoler en croyant se protéger… Peut-on imaginer plus perverse prison à ciel ouvert ? Utilisés de manière presque systématique à Bure dans d’autres procès contre les opposant.es, ces contrôles judiciaires sont un scandale absolu et le silence qui les entoure pour l’instant ne le rend pas moins assourdissant !

Alors, pour le 10 novembre, l’idée est simple : brisons le cercle vicieux de l’isolement imposé par la répression pour reformer celui de nos solidarités aimantes et joyeuses !

- Donnons-nous rendez-vous devant les tribunaux et les places de nos villes, les bras emplis de vin chaud, infusions brûlantes, chocolat et autres victuailles.
- Déployons des banderoles affirmant que si association de malfaiteurs il y a, alors « nous sommes tou.tes des malfaiteurs ! ».
- Exigeons, d’une manière ou d’une autre, la levée des contrôles judiciaires scandaleux qui – à Bure comme ailleurs – nous empêchent de parler à nos ami-e-s, les prendre dans nos bras, vivre dans les lieux que l’on aime.
- Apportons, bien sûr, de quoi partager les infos sur ce qui se passe à Bure et partout ailleurs, car le laboratoire d’expérimentations répressives qui s’y installe concerne toutes les tentatives actuelles et futures de s’opposer à l’avancée vers le gouffre.

Avec de la musique, des banderoles et des chants, c’est toujours mieux : appel à l’inventivité de tou-te-s les malfaiteur-euse-s qui ont envie de prendre part à la danse ! Nous luttons en réseaux, ils traquent nos cercles pas si concentriques, alors rythmons la cadence. Arpentons les rues, lançons une année de farandoles de bals et de rassemblements !

Et pour ne pas passer la soirée dans le froid, à contempler les portes closes des tribunaux, lorsque nous aurons remballé thermos et infokiosques, continuons la nuit ! Que nous soyons plutôt techno ou plutôt fest-noz, sound-system ou crincrin, accueillons la fête dans nos lieux de réunions, cafés associatifs, squats, ou même dans nos salons.

Le gouvernement coud nos vies dans un canevas judiciaire qu’il nomme : association de malfaiteurs. Malfaiteur-euse-s que nous sommes reprenons les fils de nos histoires et tissons nos récits…

« On raconte qu’un jour, au Royaume d’Atome, furent graines de révolte jetées au vent. Et qui de se percher au faît des arbres pour y narguer gens d’armes, qui de s’enchaisner devers les machines aux dents longues, qui de parer maints repas et de chanter biaus chants pour donner joye et coeur à toute la compagnie.

Tant et si bien cez chouettes hibous firent la nique au Roy et au sien Procurateur, que cestui-là eut tost fait de leur envoyer son armée portant haut l’escu et la gazeuse, tandis que cestui-ci les mandoit devant son tribunal et lor parloit ainsi :

– Ah ! ne cesserez-vous point de maufaire ? dit le Procurateur. Faudra-t-il que je vous mette en geôle ?

– Gardez donc, rirent-ielles, vos geôles pour celleux qui les ont construites ! Si c’est malfaire que de s’aimer et d’aimer la forest, si c’est malfaire que d’être pour icelle que vous estrillez de vos machines rempart ou pavoi, alors, si fait, malfaiteurs sommes !

On conte alors qu’en tout le Royaume leur réponse fit si grand bruit qu’aux vespres venues chacune et chacun s’assemblèrent. Il y avoit là tant de jouvencels que de vieillards, et tant fameux noceurs que graves philosophes, et tous disoient à part eux : « si malfaiteurs sont, alors certes le sommes aussi ! ». Les sorcières mesmes, que le vil mépris des hommes avoit tenu au dehors des cités, étoient venues pour dire : « malfaiteuses avons toujours été dans vos bouches : l’heure est-elle enfin venue de le clamer ensemble en nos danses et nos chants ? »

Ainsi prit corps, dit-on, par un soir de novembre, le premier bal des malfaiteurs. Puis il y en eut d’autres. Et d’autres encore. Et encore. »

Le 10 novembre, devant les tribunaux et/ou les places à 17h et ensuite dans nos lieux de fêtes, sortons de l’atomisation et reprenons part à la danse ! Et continuons le début dans les semaines et les mois à venir en organisant, partout, boums, fêtes, bals, déambulations : une farandole !

Envoyez les informations précises sur vos rassemblements à l’adresse :
baldesmalfaiteurspartout@riseup.net !
Et n’hésitez pas à envoyer textes et photos le lendemain ou les jours suivants !

Infos et contacts :
Site : noussommestousdesmalfaiteurs@riseup.net
Blog : https://noussommestousdesmalfaiteurs.noblogs.org
Liste : noussommestousdesmalfaiteurs@lists.riseup.net

Posté par Leolonico à 09:28 - Manifestations - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 octobre 2018

Fête des éditions A.E.C

Affiche tract soirée dans le patio copier

A l'occasion de la sortie de leur premier ouvrage, les éditions A.E.C organisent petite sauterie le vendredi 12 octobre 2018, de 18h à minuit et plus si affinité, au 3 rue Jules Romain, derrière la bibliothèque universitaire de Tréfilerie à Saint-Etienne.

On peut d'ores et déjà commander ledit livre ici.

Ou le trouver en vente à la librairie Quartier Latin, 6 rue Georges Teissier à Saint-Etienne.

Posté par Leolonico à 12:28 - Soutiens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

Le procès des frontières

Procès des frontières

Pour en savoir plus, voir sur : "Quartiers libres"

Posté par isabeaudeloere à 10:14 - Soutiens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

06 août 2018

Semaine intergalactique sur la ZAD

ZAD semaine intergalactique

Semaine intergalactique sur la ZAD

du 27 août au 02 septembre 2018

(plus d'informations sur : Marseille Info Autonomes)

Posté par isabeaudeloere à 11:44 - Soutiens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

24 juillet 2018

Appel à soutien

APPEL à SOUTIEN !

LA BORIE SERA EXPULSABLE À LA FIN DE L'ÉTÉ !


Berceau d'une lutte mémorable dans les Cévennes contre un grand projet de barrage dans les années 80, ce lieu d'habitation et d'expériences politiques et humaines diverses est occupé depuis une trentaine d'années. Cet endroit, de nature préservée, à la biodiversité fourmillante, tenu et entretenu depuis toutes ces années par des personnes aux histoires éclectiques, à l'encontre des tentatives de réappropriation municipales ou privées, risque d'être expulsé !

Un jugement lourd est tombé - confirmant notre opinion sur l'infect visage de l'institution judiciaire - et les possibilités de recours sont très minces. Le jugement annonce l'obligation à quitter les lieux au 14 août et à partir de cette date une astreinte de 700 euros par jour pour les 3 personnes assignées et une intervention des forces de l'ordre possible à partir du 14 septembre. La manière dont le jugement est rédigé implique que nous n'avons très peu de certitudes d'obtenir des délais supplémentaires, malgré les tentatives de recours que nous allons effectuer. Nous considérons qu'il faut donc prendre en compte cette décision au pied de la lettre, et se préparer à son exécution dans ces termes, au vu du contexte exécrable et des comportements va-t-en-guerre des personnes de pouvoir, dans notre commune, comme ailleurs.

Nous avons décidé de nous opposer à cette expulsion et nous souhaitons garder ce lieu ouvert et continuer à vivre ici le plus longtemps possible. Nous devons également faire face à des réactions menaçantes de certain-es habitant-es du coin plutôt réactionnaires (insultes, menaces de représailles physiques et de destruction, saccage d'un vehicule, coups de feu en pleine nuit, agressions physiques).

C'est pourquoi, certain-es habitant-es de la Borie au quotidien ou par intermittence, nous lançons un appel urgent à différents types de soutien :

1 - En venant passer les prochains mois (ou plus) à la Borie pour préparer la résistance à l'expulsion en discutant, proposant, vivant, ou en construisant des choses avec nous, pour envisager comment faire barrage à l'arsenal repressif.

La Borie étant aussi depuis longtemps un lieu de réflexions et de pratiques de résistance à la psychiatrisation de nos existences, nous avons fait le choix d'etre un espace d'accueil et de soin, plutot que de tout miser sur la « valeur travail » et le productivisme. Aujourd'hui, sur nos souffrances et galères quotidiennes déjà complexes, se rajoute cette décision extrêmement sévère qui nous laisse très peu de temps pour nous retourner. Les personnes motivées et encourageantes sont donc les bienvenues.

Nous souhaitons que cette période puisse permettre d'élaborer des stratégies communes en accord avec les valeurs que nous portons, pour que cette bataille soit déterminée, féministe, queer, anti-coloniale, anti-capitaliste,... et qu'elle soit en résistance aux comportements racistes, sexistes, psychophobes ou validistes... donc respectueuse des réalités de chacun-e. En effet, il est indispensable que nous soyons nombreux-ses pour atténuer cette pression mais nous ne laisserons pas cette lutte devenir un étalage de virilisme guerrier où les personnes qui se sentent dans des capacités et envies différentes se sentiraient exclues ou dévalorisées. Nous aimerions que cet été puisse permettre aussi aux personnes qui le souhaitent de vivre des moments de partage sur tous les outils d'auto-défense existant face à cet état policier, et que les différentes luttes puissent trouver un écho et un espace d'expression. Nous vous accueillerons à bras ouverts, et en autogestion : beaucoup de choses seront à construire, si nous sommes aussi nombreux-ses que nous l'espérons.

2 - En nous rejoignant lors des Assemblées Generales des Luttes. La première étant à Saint-Jean-du-Gard, au parc derrière l'Aquarium (le Bois des Plumes), le 7 juillet vers midi, pour un pique-nique partagé avant de discuter à 14h. Pour évoquer non seulement les résistances face au projet d'expulsion de La Borie, mais aussi les contestations concernant l'ensemble des opérations de chasse aux pauvres, aux habitats précaires, à la gentrification touristique de nos communes, etc. L'atmosphère de guerre sociale nous étouffe, parlons-en, et organisons-nous !

3 - En organisant, là où vous êtes, des évènements de soutien (concerts, cantines, actions, et autres) afin de faire du bruit autour d'un très vieux squat qui pourrait sentir sa fin venir, et éventuellement faire aussi des sous pour les frais de justice déjà élevés. Nous pensons pouvoir évaluer les frais d'ici peu en fonction des recours potentiels. Car, non seulement on se fait dégager mais en plus il va falloir raquer.

Nous proposons d'ores et déjà le 14 août, pour une autre Assemblée Générale des Luttes, suivie d'un concert de soutien à La Borie. Pour toutes celles et ceux qui ne peuvent pas venir (individus, collectifs, réseaux...) l'idée est d'organiser localement un évènement de soutien ce même jour, ayant pour objectif de diffuser de l'information sur la situation, ainsi que de collecter des sous pour assurer notre défense. Cette date correspond à la fin du délai de 2 mois qui nous a été accordé avant de devoir quitter les lieux... un délai dérisoire au regard des trente années d'occupation des lieux !!

Et le 15 août, nous manifesterons dans les rues de St-Jean-du-Gard, pour faire entendre notre détermination à vivre sur les terres de La Borie, et plus largement à résister à toutes les logiques d'appropriation du vivant.

Entravons les velléités politiques des municipalités visant à nettoyer au karcher les zones habitées, à des fins touristiques, pour vendre aux visiteur-euses high standing des régions muséifiées sans pauvres ni crasseux-ses, sans constructions précaires, ou qui spéculent sur la vente des terres à de gros propriétaires déjà nantis.

4 - En faisant tourner l'info que nous cherchons des lieux de repli dans le coin ou plus loin pour nos affaires, nous-mêmes, nos casseroles et nos valeurs...

5 - En proposant ou en venant aussi passer des moments de joie et de partages comme des concerts, des ateliers, des chantiers, des fêtes, etc.

Ce message peut être diffusé de manière large, et plus particulièrement dans les réseaux d'ami-es, de militant-es, de sympathisant-es, sur les listes mails et réseaux anti-autoritaires, autonomes, féministes...

Pour nous contacter : nonauxexpulsionslaborie@riseup.net
La Borie en luttes : https://laborie.noblogs.org/

Si vous voulez venir ou organiser un truc ici et que vous connaissez pas bien l'endroit, écrivez-nous ! On pourra vous donner un peu plus de précisions sur comment venir, sur les différents espaces (certains sont des habitations, d'autres des cultures, certains sont tranquilles, d'autres plus collectifs, etc.). C'est plutôt cool de venir ici sans animaux de compagnie (y en a déjà plusieurs et ça peut faire trop pour certains-es). Les comportements relous, sexistes, racistes, homophobes, etc. ne sont pas les bienvenus.

Posté par Leolonico à 21:43 - Soutiens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

20 juin 2018

Soirée de soutien aux inculpé.e.s de la loi travail

Soirée de soutien aux inculpés de la loi travail 02

Soirée de soutien aux inculpé.e.s de la loi travail

Vendredi 29 juin 2018 à partir de 18h

à l'amical laïque du Crêt de Roc, à Saint-Etienne

Posté par Leolonico à 14:13 - Soutiens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

01 février 2018

Notre-Dame-des-Landes : Enracinons l'avenir

NDDL 10 février 2018

Notre-Dame-des-Landes

Enracinons l'avenir sur la ZAD, le 10 février 2018

Posté par PhilibertdePisan à 12:52 - Soutiens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 décembre 2017

Semaine contre l'A45

Semaine contre l'A45
Du 12 au 19 décembre à Saint-Étienne

« ALORS, ELLE EN EST OÙ CETTE A45 ? ÇA VA SE FAIRE OU PAS ? »
La question à 1,4 milliard d’euros que tout le monde pose !


L’ÉTAT se désengage, proclamant aux assises de la mobilité l’arrêt des financements des projets autoroutiers.
DES ÉLU·E·S régionaux·ales comme municipaux·ales, désorienté·e·s, cherchent désespérément du soutien à coups de lobbying, de pétitions et d’affichage intensif.
ICI, dans ce territoire qu’ielles voudraient bien réaménager, remembrer, mettre au service de leur vision du bien commun... des habitant·e·s, portent une réponse unanime et claire : NON ! L’A45 NE SE FERA PAS !
Si le message est simple, les arguments sont aussi nombreux que les opposant·e·s sont divers·e·s. Cette semaine permettra à une partie de cette diversité de s’exprimer, au travers de différentes soirées, projections, spectacles, débats...
On vous attend nombreux·ses pour en discuter, s’informer... et partager les idées et les envies qui font vivre notre territoire.

NOUS NE NOUS LAISSERONS PAS AMÉNAGER !


---------------------------------

L'affiche en bas de page, ou à cette adresse :
https://webcloud.zaclys.com/index.php/s/S8Rlot5Cw7CTswD

--------------------------------

Mardi 12 décembre
18h Soirée d'ouverture. A Ca Roule
Une première soirée pour se retrouver, rencontrer les diverses composantes de la lutte et discuter, un bon bol de soupe à la main. Apéro et soupe (prix libre) suivis de la projection des deux premiers épisodes de la web-série Bande d’arrêt d’urgence.

Mercredi 13 décembre
20h30 : Pièce de théâtre. Au Chok Théatre
Avant l’A45? Laissez parler les terres… Une introspection territoriale
22h Échange avec le réseau des géographes libertaires (Lyon) - Chok Théatre

Jeudi 14 décembre
Au Chok Théâtre :
18h30 : Marché paysan
Venez rencontrer le collectif paysan contre l’A45 et découvrir leurs produits
20h30 : Pièce de théâtre
Avant l’A45? Laissez parler les terres…

Vendredi 15 décembre
17h30 Marche au flambeau de la Talaudière à Saint Etienne
RDV Au parking le parking du Sou des écoles à 17h pour un départ à 17h30
Apportez des lampes frontales, avertisseurs pour vélos, guirlandes de Noël et autres accessoires lumineux !
19H Arrivée av. Gruner devant Saint-Etienne Métropole

20h « Promesse d’embauche » - Les travaux publics et l’industrie de la route. A l'Amicale Laïque du Crêt de Roc
Discussion avec Francis Lemasson, secrétaire du syndicat CGT de Vinci, autour du chantage à l'emploi propre aux Grands Projets Inutiles Imposés, des réalités des conditions de travail dans les secteurs du BTP et l'industrie de la route.

en parallèle au Chok Théâtre
20h30 : Pièce de théâtre
Avant l’A45? Laissez parler les terres…

Samedi 16 décembre
20h30 : Au Chok Théâtre
Avant l’A45? Laissez parler les terres…

En parallèle dans d’autres territoires à défendre :
le 16/12 : ROYBON - L’occupation de la forêt roybonnaise fête ses trois ans ! Venez fêter ça toute la journée !

Lundi 18 décembre
19h30 Présentation-débat "Vinci, les prédateurs du béton". Au Baramioch’
Rencontre avec Nicolas de la Casinière, journaliste et illustrateur, autour de son livre Vinci, les prédateurs du béton chez Libertalia. Discussion autour de la multinational concessionnaire de l’A45, de ses méthodes et des stratégies pour lui résister.

Mardi 19 décembre
Soirée de clôture ! A La Gueule Noire
18h30 Ouverture des portes
19h30 Lecture de rattrapage de la pièce Avant l’A45 ?...
20h Bal folk avec Salkantaï

Le spectacle :
AVANT L’A45? Laissez parler les terres…
Une introspection territoriale

En ces temps de questionnement démocratique, environnemental et éthique voici un moment de théâtre qui traite du local et nous renvoie à la manière dont chacun·e d’entre nous subit le temps des politiques.

Infos Pratiques
http://choktheatre.com/avantla45/
tél. 04 77 25 39 32
Compagnie l'âme à la vague
https://www.facebook.com/delamalavague


Les différents lieux à Saint-Etienne :

Chok Théâtre
24, rue Bernard Palissy

Amicale Laïque du Crêt de Roc
16 rue Royet

La Gueule noire
16 rue du mont

Ca Roule
15 rue Georges Dupré

Le Baramioch’
Place Painlevé

Avec la participation de la coordination des opposant·e·s à l'A45
Plus d'infos :
nona45.fr/
http://lenumerozero.lautre.net/+-A45-+

Pour contacter l’assemblée de lutte de Saint-Étienne :
gr45@riseup.net

Semaine contre l'A45 recto (2017)

Semaine contre l'A45 verso (2017)

Posté par isabeaudeloere à 14:28 - Soutiens - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,
 
Anti-Terrorisme
Manifestations Monde en lutte Nos positions Soutien Tags cuisine TEFMORB Chants révolutionnaires Liens
« novembre 2018 
dimlunmarmerjeuvensam
    1 2 3
4 5 6 7 8 9 10
11 121314 15 16 17
18 19 20 21 22 23 24
25 26 27 28 29 30  
Flux RSS des messages
Flux RSS des commentaires