Amour, émeute et cuisine

Quelques pensées sur la civilisation, considérée dans ses aspects politiques, philosophiques, et culinaires, entre autres. Il y sera donc question de capitalisme, d'Empire, de révolte, et d'antiterrorisme, mais aussi autant que faire se peut de cuisine.

01 juin 2012

Le partisan

The Partisan - Léonard Cohen, interprété par Sixteen Horsepower & Noir Désir : When they poured across the border / I was cautioned to surrender / this I could not do / I took my gun and vanished. / I have changed my name so often / I've lost my wife and children / but I have many friends / and some of them are with me.

An old woman gave us shelter / kept us hidden in the garret / then the soldiers came / she died without a whisper.

There were three of us this morning / I'm the only one this evening / but I must go on / the frontiers are my prison.

Oh, the wind, the wind is blowing / through the graves the wind is blowing / freedom soon will come / then we'll come from the shadows.

Les Allemands étaient chez moi, (The Germans were at my home) / ils me dirent, "Signe toi," (They said, "Sign yourself,") / mais je n'ai pas peur; (But I am not afraid) / j'ai repris mon arme. (I have retaken my weapon.)

J'ai changé cent fois de nom, (I have changed names a hundred times) / j'ai perdu femme et enfants (I have lost wife and children) / mais j'ai tant d'amis; (But I have so many friends) / j'ai la France entière. (I have all of France)

Un vieil homme dans un grenier (An old man, in an attic) / pour la nuit nous a cache', (Hid us for the night) / les Allemands l'ont pris; (The Germans captured him) / il est mort sans surprise. (He died without surprise.)

Oh, the wind, the wind is blowing / through the graves the wind is blowing / freedom soon will come / then we'll come from the shadows.

 

Traduction


Quand ils traversèrent la rivière / Ils me dirent de me rendre / Ca, je ne pouvais pas le faire / J'ai pris mon arme et j'ai disparu. / J'ai changé de nom si souvent / J'ai perdu ma femme et mes enfants / Mais j'ai beaucoup d'amis / Et certains sont avec moi.

Une vieille femme nous a trouvé un abri / Nous a tenu caché dans le grenier / Et les soldats sont arrivés / Elle est morte sans un soupir.

Nous étions trois ce matin / Je suis seul ce soir / Mais je dois poursuivre / Les frontières sont ma prison.

Oh, le vent, le vent souffle / Entre les tombes le vent souffle / La liberté naîtra bientôt / Et nous sortirons de l'ombre.

Les allemands étaient chez moi / Ils me dirent "Signe-toi" / Mais je n'ai pas peur. / J'ai repris mon arme / J'ai changé cent fois de nom / J'ai perdu femme et enfants / Mais j'ai tant d'amis. / J'ai la France entière.

Un vieil homme dans un grenier / Pour la nuit nous a caché / Les allemands l'ont pris / Il est mort sans surprise.

Oh, le vent, le vent souffle / Entre les tombes le vent souffle / La liberté naîtra bientôt / Et nous sortirons de l'ombre.

Posté par Leolonico à 18:33 - Chants - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

20 août 2009

Gagnants/Perdants

Gagnants/Perdants - Noir Désir (2008) : Tous ces beaux jeux inventés Pour passer devant les premiers Pour que chacun soit écrasé S’il refuse encore de plier Les dégâts, les excès Ils vont vous les faire payer Les cendres qui resteront C’est pas eux qui les ramasseront Mais les esclaves et les cons Qui n’auront pas su dire non Nous on n’veut pas être des gagnants Mais on acceptera jamais d’être des perdants Pimprenelle et Nicolas Vous nous endormez comme ça Le marchand de sable est passé Nous on garde un oeil éveillé O la peur, ô le vide O la victoire des avides Faut pas bouger une oreille Toutes sortes de chiens nous surveillent Pas un geste, une esquisse Sinon on tourne la vis Nous on n’a rien à gagner Mais on ne peut plus perdre puisque c’est déjà fait. Toi qui viens de loin d’ici Avec Ta peau et Tes os On t’a parlé du paradis On t’a menti, tout est faux O mon ami o mon frère tout ce nerf Perdu pour la guerre Tu vas voir tout l’amour Qui traîne au fond des discours Dis t’en veux des papiers ? Dis tu l’as vu mon palais ? T’auras rien, c’est ainsi C’est pas fait pour les perdants, le paradis Il y a la chair à canon Il y a la chair à spéculation Il y a la chair à publicité Enfin y’a tout ce que vous aimez Vous et moi on le sait Le spectacle est terminé Pourtant c’était presque idéal C’était loin du féodal Oh maint’nant c’est foutu Ça fait joli dans ton... Fort intérieur c’est gênant De rejoindre comme ça la cohorte des perdants Il faut pas se faire d’illusions Mais c’est mieux debout pour l’action Et pour nos âmes, c’est égal Dieu n’est pas dans la bataille O messieurs les décideurs De toutes parts, de tous côtés Sachez que profond dans nos coeurs On n’arrête pas le progrès Sous l’Iris, sous la peau Sous les ongles et dans l’étau On pourra toujours refuser De devenir les premiers ou les derniers Pas de leaders triomphants On s’ra jamais des gagnants ni des perdants.

Posté par Leolonico à 18:32 - Chants - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

27 mars 2009

Concert de "L'Angle Mort", au Fil, à Saint-Etienne

Concert de "L'Angle Mort"

au Fil (20 boulevard Thiers, plaine-achille, 42000 Saint-Etienne)

samedi 28 mars 2009 à 20h*

l_angle_mort_site_internet02pte

L'Angle Mort par Acontresens :

    "Ici la périphérie est au centre, et des territoires libérés s’inventent" Pour créer des angles qui se dérobent au pouvoir, tout est question de positions et de jonctions. Plus qu’une fusion ou qu’un carrefour de genres périphériques, L’Angle mort est un nouveau centre. Un épicentre. Des guitares et une batterie nerveuses et fracturées comme démonstration de puissance, des mots traqués et s’élevant à la hauteur du soulèvement. Zone Libre, groupe instrumental composé de Serge Teyssot-Gay, Marc Sens et Cyril Bilbeaud, rencontre Hamé (La Rumeur) et Casey, fers de lance d’un rap mêlant depuis toujours l’insurrectionnel à l’intime.

    Le premier projet de Zone Libre, Faites vibrer la chair, exprimait bien cette dimension épidermique, charnelle d’une musique plongée dans la violence de son époque, partant du corps individuel vers le corps social. Casey, plume unique par sa complexité rimique et son ressassement novateur, voix-poignard et obsédante, est l’incarnation même des douleurs et de la haine qui habitent tous ses textes trempés dans les angles morts qui l’ont vu naître. Avec La Rumeur, Hamé a su construire l’exemple même d’un rap politique, complexe parce que conflictuel, traîné devant les tribunaux par l’Etat et bâtissant sa citadelle de création résistante. Emergeant de ce brasier à fleur de nerfs, L’Angle mort est un point d’impact. Le témoin d’une histoire, d’un climat, et de lendemains que l’on craint comme on les souhaite.

    Une balise en flammes pour l’intifada qui vient.

Première partie : Collectif Mary-Read

    Hip-Hop rouge et noir né à l’ombre des puits de mine de Saint-Etienne et Montceau-les-mines. Le groupe est composé de 3 MC’s Calavera, Mina et Nergal et de DJ Pliz. Les textes abordent les thèmes des frontières, de la société de contrôle, de la prison, des luttes féministes, de l’antifascisme, le tout accompagné de la logique flibustière de Mary Read et Anne Bonny, les premières femmes pirates.

 

Logo_maryread

* L'Angle Mort et Mary Read apportent leur soutien à Julien Coupat (toujours en prison depuis le 11 novembre), mais aussi bien sûr à tous les inculpés des lois anti-terroristes (Farid, Damien, Bruno, Isa, Yldun, et beaucoup d'autres, qu'ils ou elles soient de Tarnac, de Villiers-le-bel ou d'ailleurs). Nous exigeons toujours la libération de tous ces prisonniers, et la fin sans condition des mises en examen pour "association de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste".

 
Anti-Terrorisme
Manifestations Monde en lutte Nos positions Soutien Tags cuisine TEFMORB Chants révolutionnaires Liens
« octobre 2019 
dimlunmarmerjeuvensam
  1 2 3 45
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31   
Flux RSS des messages
Flux RSS des commentaires