Amour, émeute et cuisine

Quelques pensées sur la civilisation, considérée dans ses aspects politiques, philosophiques, et culinaires, entre autres. Il y sera donc question de capitalisme, d'Empire, de révolte, et d'antiterrorisme, mais aussi autant que faire se peut de cuisine.

19 novembre 2014

Assemblée de lutte et de réflexion

Appel national, samedi 22 novembre, luttons contre les violences d'État !

Assemblée de lutte et de réflexion

A 14 heures, place de l’Hôtel de Ville à Saint-Etienne.

Dans la nuit du 26 au 27 octobre 2014, Rémi Fraisse, 21 ans, a été tué par les gendarmes mobiles, la partie supérieure du dos arrachée par une grenade militaire. Ce crime d’Etat fait suite à plus de deux mois d'affrontements sur la zone du barrage de Sivens, deux mois de violences et de harcèlement par les «forces de l'ordre» : tirs de flashball à bout portant, tirs tendus de grenades, destruction des effets personnels... II fait suite à une longue liste de mutilations causées par les armes prétendument «non létales» : à Nantes, le 22 février 2014, trois manifestants ont perdu un œil par tirs de flashball.

Rémi est aussi la sixième personne tuée par la police en France cette année. Non seulement l’État a permis la mort d'un jeune homme, mais encore il poursuit aujourd'hui ses provocations dans le déni et la criminalisation des manifestant·e·s.

À Sivens, à Notre-Dame-des-Landes, comme dans les quartiers populaires, c'est le même système répressif qui frappe. C'est la logique d'un État pour qui le mépris et la violence sont les seules réponses aux inégalités, aux mouvements sociaux, à tout·e·s celles et ceux qui luttent et inventent aujourd'hui une autre manière de vivre. Nous dénonçons les intimidations de la police à l'encontre des manifestant·e·s, et toutes les violences policières à Sivens et partout ailleurs.

Rémi et puis qui encore ? Stop !

Faites tourner l'info!

Le collectif de soutien à la lutte contre les grands projets inutiles et imposés.

Posté par PhilibertdePisan à 11:55 - Manifestations - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

01 novembre 2014

Rassemblement lundi 3 nov. 2014, à 18h devant la préfecture de Saint-Etienne

Ce mercredi 29 octobre, plus de 120 personnes se sont réunies devant la préfecture. Toutes venues pour dénoncer la mort de Remi Fraisse, tué par une grenade des forces de l’ordre, et pour exiger que justice soit faite.

Depuis des années des collectifs alertent sur la dangerosité des armes dites « non létales » utilisées par la police. Aujourd’hui plus personne n’est dupe : elles blessent, elles mutilent et elles tuent. Elles sont les instruments de la répression des contestations sociales, politiques et environnementales. Ce qui est arrivé à Remi Fraisse pourrait arriver à chacun d’entre nous. Il ne faut pas simplement « suspendre » leur utilisation, il faut l’interdire !

Cette semaine les manifestations de soutien se sont multipliées. La réaction qui éclate dépasse le caractère local et spécifique de la lutte contre le barrage de Sivens.

C'est pourquoi, à Saint-Etienne, nous appelons à un

rassemblement lundi 3 novembre à 18h devant la préfecture.

Lundi, plus que jamais, nous devons montrer notre solidarité, exiger que justice soit rendue et demander l'abandon du projet.

Amenez vos banderoles, vos slogans, vos cartons, vos marqueurs, vos instruments ou autres, et des bougies.

Faites passer l’info !

Le collectif stéphanois de soutien à la lutte de Notre Dame des Landes et contre les grands projets inutiles et imposés.

Posté par isabeaudeloere à 08:41 - Manifestations - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

28 octobre 2014

Communiqué de presse suite à la mort de Rémy

Bonjour,
Voici un communiqué de presse sur le crime policier de samedi soir dans la vallée du Testet (Tarn). Merci de faire circuler ce message au plus vite et de le mettre en ligne. La coordination a des difficultés avec le site internet, merci de nous aider à l'envoyer à tous les journalistes et toutes les rédactions possibles, avant que la vérité ne soit recouverte d'un épais brouillard de mensonges et de calomnies :

Communiqué de presse suite à la mort de Rémy

Rémy, 21 ans, est mort dans la nuit de samedi à dimanche à Sivens. Selon plusieurs témoignages convergents, il s'est écroulé à quelques mètres du camp retranché de la police, atteint par un tir au niveau de l'épaule, avant d'être immédiatement ramassé par la police. S'agissait-il d'un flash-ball ou, plus vraisemblablement, d'une grenade de désencerclement projetée à tir tendu ?

Seule la police le sait qui, jusqu'à présent, occulte la vérité de diverses manières. Elle prétend qu'il n'y a pas eu de blessé.e.s parmi les opposants alors que l'équipe médiacle de la coordination témoigne qu'il y en a eu de nombreux le samedi. La police affirme avoir "découvert un corps" en omettant de signaler la violence des affrontements à ce moment-là (la préfecture a affirmé que les affrontements se seraient arrêtés vers 21h et omis de dire qu'ils ont repris de plus belle vers minuit). Elle prétend n'avoir pu venir sur place le dimanche pour lancer l'enquête (une fois le crime accompli, la police a brusquement quitté les lieux sans, jusqu'à ce jour, tenté d'y revenir).

Nous exigeons que toute la lumière soit faite au plus vite sur cet homicide, par respect pour Rémy, sa famille et ses ami.e.s. Nous souhaitons aussi que les responsables de ce drâme soient poursuivis au plus tôt. Et pour nous, le responsable n'est pas seulement le robocop matricule xxx qui a appuyé sur la gâchette samedi soir - et encore moins Rémy. Il s'agit de savoir qui a construit cette situation de violence qui ne pouvait que tourner au drame. Que faisaient donc les forces de l'ordre samedi au Testet, alors que le préfet s'étaiet engagé à ne pas en poster pendant ce week-end, vu les milliers de manifestants attendus (7000) ? Il n'y avait aucun ouvrier à protéger, ni aucune machine à défendre : la seule qui n'avait pas été évacuée le vendredi avait été brûlée le soir même. Pourquoi donc avoir posté 250 gendarmes mobiles et CRS armés de grenades et de flash-balls pour garder un petit carré de terre entouré d'un fossé large de plusieurs mètres ? S'agissait-il de protéger les précieux grillages ? Ou bien de générer de la tension et de faire de la provocation ?

Les autorités savaient très bien ce qui allait arriver en laissant un engin au Testet le vendredi et en y postant une armada le samedi.

A l'heure actuelle où l'inanité du projet de barrage au Testet apparaît au grand jour, à l'heure où tous les mensonges et conflits d'intérêts dénoncés par les opposants depuis des mois ont été confirmés par les investigations des journalistes (Le Monde 24/10 et le Figaro, 26/10) et le rapport des experts ministériels rendu public aujourd'hui, le président du Conseil général et le Préfet du Tarn n'ont plus aucun argument en faveur du barrage si ce n'est de monter en épingle la prétendue violence des opposants. Ils avaient donc besoin de violence samedi. Ils l'ont provoquée. Elle a coûté la vie à Rémy.

Nous sommes sous le choc et adressons nos plus sincères condoléances à ses proches.

La coordination du 25 octobre

P.S. : Nous exigeons d'ores et déjà qu'une seconde autopsie indépendante soit effectuée et avertissons la préfecture que si le corps n'était pas conservé de sorte à ce que cette contre-expertise soit possible, ce serait une preuve de plus que les autorités veulent cacher la vérité. Nous dénonçons les tentatives de salir la mémoire de Rémy en prétendant que les causes de sa mort seraient liées à son "alcoolémie" ou à sa "violence".

Posté par Leolonico à 08:05 - Monde en lutte - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
 
Anti-Terrorisme
Manifestations Monde en lutte Nos positions Soutien Tags cuisine TEFMORB Chants révolutionnaires Liens
« juillet 2017 
dimlunmarmerjeuvensam
      1
2 345 6 7 8
9 10 11 12 13 14 15
16 1718 19 20 21 22
23 24 25 2627 28 29
30 31      
Flux RSS des messages
Flux RSS des commentaires