Communiqué de presse du 2 novembre.

    Occupations dans toutes les villes universitaires depuis deux semaines - les professeurs se solidarisent - les 34 millions du ministre sont insuffisants

    Depuis deux semaines des milliers étudiants se défendent dans les universités autrichiennes contre la misère actuelle de la formation. Pour protester contre le sous-financement chronique, les restrictions d’accès aux écoles supérieures et la position dominante des intérêts économiques dans le système de formation, le mouvement occupe de nombreuses universités du pays.

Université du bas au lieu du haut

    Le mouvement apparu lors des protestations ouvre des espaces sociaux libérés, expérimente des formes de participations de démocratie directe et anime les universités avec des cours alternatifs, des ateliers et des groupes de travail. Les étudiants s’engagent selon des formes encore jamais vues et reçoivent une grande attention publique.

Les enseignants soutiennent les revendications

    Des représentants politiques, de la culture et de la société estiment que ce mouvement de protestation est un indicateur de problèmes structurels, qui dépassent le système de formation. Depuis, plus de 350 enseignants et chercheurs se sont déclarés solidaires des occupants et participent activement au mouvement. Avant tout, la précarité accrue des conditions de travail dans le domaine de la formation porte préjudice à la qualité de l’enseignement et de la recherche. Dans le sens d’une université libre et critique, le mouvement exige entre autres choses la démocratisation globale de l’université, une augmentation massive des dépenses dans les formations, la liberté d’accès aux écoles supérieures et la réalisation en retard depuis longtemps de la supression des barrières aux études.

La proposition du ministre ne va pas assez loin

    Après un élargissement de la protestation et d’innombrables manifestations de solidarité venant d’Autriche et de l’étranger, il y a maintenant la première réaction concrète du gouvernement autrichien : le ministre de la science Johannes Hahn promet 34 millions d’euros venant d’une réserve. Les manifestants et aussi plusieurs recteurs pensent que cette annonce n’est pas à la mesure des problèmes. De plus le mouvement critique que le ministre ne se soit pas adressé directement à lui et n’ait pas transigé sur les exigences.

Journée d’actions le 5 novembre

    Pour jeudi 5 novembre, le mouvement de protestation prévoit une vaste journée d’actions, pour plonger encore plus dans le débat sur la misère dans la formation, les politiques et les médias.

Traduit de l’allemand par Gachet, HNS-info

Source : unsereuni